in

Les moustiques peuvent-ils transmettre la Covid-19 ? Une étude clos le débat

Crédits : iStock

Avec la saison d’été et le contexte lié au coronavirus, la crainte des moustiques pourrait être plus importante que d’habitude. Toutefois, l’Institut supérieur de santé en Italie (ISS) a récemment publié une étude qui estime que les moustiques ne peuvent pas transmettre la Covid-19. Si l’OMS communiquait déjà à ce sujet, l’étude italienne a apporté une preuve scientifique.

Sans danger concernant la Covid-19

Dans une publication intitulée “Briseur de mythes”, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) expliquait déjà que les piqûres de moustiques ne pouvaient pas être sources de transmission de la Covid-19 (voir ci-après). L’OMS soulevait notamment l’absence de preuves de contamination mais également le fait qu’il s’agit d’une maladie respiratoire. Or, les gouttelettes infectées représentent le principal facteur de contamination.

OMS moustique covid 19
Crédits : OMS

Néanmoins, l’Institut supérieur de santé en Italie (ISS) a tenu à apporter des preuves tangibles sur le fait que les moustiques sont incapables de transmettre le virus. Dans un communiqué publié le 26 juin 2020, l’institut en question est formel. Les moustiques sont sans danger en ce qui concerne le SARS-CoV-2 (Covid-19). Ces recherches ont été menées en collaboration avec l’Institut expérimental de zooprophylactique de Venise (IZSVe), un organisme de recherche pour la santé animale et la sécurité alimentaire.

Évaluer la compétence vectorielle des moustiques

L’étude s’est concentrée sur le moustique commun (Culex pipiens) mais surtout sur le redoutable moustique tigre (Aedes albopictus). Or, ce dernier est connu pour être vecteur de la dengue, du chikungunya, du virus zika ou encore de la fièvre jaune. Rappelons au passage qu’en 2019, ce moustique avait colonisé une grande partie de notre pays et se trouve désormais sous haute surveillance. L’institut italien a mené une batterie de tests d’infection expérimentale afin d’évaluer la compétence vectorielle des deux moustiques. Voici la conclusion des chercheurs :

« L’étude a montré que le virus, une fois transmis au moustique par un repas de sang infecté, n’est pas en mesure de se répliquer et donc de se transmettre via une piqûre. »

L’ISS et l’IZSVe publieront bientôt de plus amples résultats mais la nouvelle permet déjà d’écarter définitivement l’éventuel rôle des moustiques dans la transmission de la Covid-19. Si seulement deux espèces de moustiques ont fait l’objet de tests, il est extrêmement peu probable qu’une autre espèce soit capable de véhiculer le coronavirus. Enfin, il faut savoir que ces recherches ont été très utiles pour une raison très simple. Si l’OMS estime depuis le début que le SARS-CoV-2 ne peut se transmettre via les piqûres de moustiques, cette affirmation restait dans le domaine de l’hypothèse.