in

Les manchots empereurs pourraient disparaître avant 2100

Crédits : Pixabay

Une étude récente suggère que si rien n’est fait pour endiguer la crise climatique, les manchots empereurs pourraient disparaître avant la fin du siècle.

On estime à environ 500 000 le nombre de manchots empereurs dans le monde actuellement. Or, ces oiseaux qui évoluent en Antarctique dépendent de la banquise pour survivre. En effet, ils s’y réfugient pour échapper aux prédateurs, pour mettre bas pendant l’hiver et pour élever les petits au printemps. Le problème, c’est que ces terres glacées se recomposent de moins en moins à cause du réchauffement des températures. Et forcément, il y a des conséquences.

En effet, les chercheurs ont déjà enregistré des échecs de reproductions au cours de ces trois dernières années dans l’une des colonies les plus importantes de l’Antarctique. Mais quels pourraient être les impacts à plus long terme pour cette espèce emblématique ? Pour tenter de le savoir, des chercheurs de la Woods Hole Oceanographic Institution, dans le Massachusetts, ont récemment fait plusieurs simulations.

Trois cas de figure ont été évalués. Le premier partait du principe que nous arrivions à contenir la hausse des températures globales à 1,5°C d’ici 2100. Le second plaçait la barre à 2°C. Et le troisième évaluait la réponse des manchots si les émissions continuaient à augmenter comme elles le font aujourd’hui.

manchots
Crédits : Pixabay

85% des manchots pourraient s’éteindre

Résultats, si nous arrivons à limiter la hausse des températures à 1,5°C, le nombre de manchots empereurs diminuera de moins d’un tiers. En se plaçant sous la barre des 2°C, 44% des manchots pourraient tout de même disparaître. Et enfin, si rien n’est entrepris pour endiguer la crise climatique, plus de 85% des manchots pourraient s’éteindre.

Dans cette vision pessimiste, les chercheurs estiment que la glace de mer de l’Antarctique aura diminué de 48%. Certaines colonies comme celle de Queen Maud, Enderby et Kemp Land verront leur glace disparaître totalement pendant la saison de ponte.

Selon Stephanie Jenouvrier, principale auteure de l’étude, un tel scénario pourrait mener l’espèce directement à l’extinction. “Un déclin si important laisserait trop peu d’individus“, explique-t-elle. “À ce stade, il sera très improbable qu’ils rebondissent“.

Autrement dit, nos actions actuelles visant à respecter nos engagements dans le cadre des accords de Paris vont déterminer l’avenir des manchots empereurs. Cependant, notons que cela ne concerna pas que cette espèce. Les manchots Adélie, en Antarctique, dépendent également de la glace de mer pour survivre.

Les détails de cette étude ont été publiés dans la revue Global Change Biology.

Source

Articles liés :

Découverte macabre de 20.000 poussins de manchots Adélie morts de faim

Environ 90% des manchots de cette colonie ont disparu, et personne ne sait pourquoi

Des centaines de manchots momifiés retrouvés en Antarctique