in

Les manchots Adélie ont-ils vraiment une « conscience de soi » ?

manchots Adélie
Crédits : Wikipédia / Jason Auch

Trois chercheurs ont découvert que les manchots Adélie peuvent avoir un certain degré de la conscience de soi. L’équipe décrit le comportement de ces oiseaux originaires d’Antarctique durant le célèbre test du miroir dans une étude publiée sur le serveur de préimpression bioRxiv.

Le test du miroir

En éthologie cognitive, le test du miroir, développé par l’Américain Gordon G. Gallup, permet d’évaluer la reconnaissance de son corps.

Les sujets sont d’abord marqués à un endroit qu’ils ne pourront voir que dans le miroir (généralement sur le front). Au départ, les animaux ont tendance à réagir socialement, agissant comme si ce reflet était un autre animal. Après un certain temps, la plupart passent à autre chose, quand d’autres continuent à montrer de l’intérêt pour ce reflet. Si le sujet passe plus de temps à tenter de toucher la partie du corps marquée devant le miroir que lorsqu’elle ne l’est pas, alors les chercheurs considèrent que l’animal reconnaît son reflet.

Ce test a été utilisé et réussi pour la première fois dans les années 70 avec les chimpanzés. Depuis, d’autres espèces se sont illustrées, comme les orangs-outans, les bonobos, les orques, les Grands Dauphins, les éléphants d’Asie, les porcs, les chevaux, les perroquets gris du Gabon, les pies bavardes et la Raie Manta.

Dans le cadre d’une nouvelle étude, des chercheurs indiens se sont demandés si les manchots Adélie (Pygoscelis adeliae) pouvaient également avoir une conscience de soi. Pour le savoir, ils se sont rendus sur l’île Svenner, en Antarctique.

manchots Adélie
Un manchot Adélie regardant attentivement son image lors d’un test de miroir modifié. Crédits : bioRxiv (2022)

Un certain degré de conscience

Pour ces travaux, l’équipe a mené quatre expériences. La première consistait simplement à placer des miroirs au sol et à observer les manchots au hasard les regarder. Ce premier test n’a suscité aucune réaction.

La seconde visait à placer trois manchots Adélie dans une caisse en carton comportant deux miroirs. Les chercheurs ont ici remarqué que les oiseaux passaient beaucoup de temps à inspecter leur reflet, les poussant à penser qu’ils se livraient à une « exploration de leur image de soi ». Dans la troisième expérience, un autre groupe a été soumis à un test similaire, à la différence près qu’un disque de papier était cette fois fixé au miroir. Lorsqu’il était vu, cet auto-collant semblait être sur le manchot qui le regardait. Résultat : les oiseaux semblaient beaucoup plus agités que lors de la seconde expérience, allant jusqu’à picorer l’autocollant en papier pour essayer de l’enlever.

Enfin, la dernière expérience consistait à placer un bavoir sur des manchots au hasard placés devant un miroir. Cette fois, aucun des oiseaux n’a réagi.

Les chercheurs conviennent ainsi que ces résultats sont un peu ambigus, mais notent qu’ils suggèrent dans leur ensemble que les manchots Adélie ont fait preuve d’un certain degré de conscience de soi.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.