in ,

Les maladies transmises par les tiques sont en hausse. Le changement climatique est-il responsable ?

Crédits : Pixabay/Catkin

Selon un nouveau rapport des Centers for Disease Control and Prevention (CDC), les maladies causées par les piqûres de moustiques, de tiques et de puces sont en hausse aux États-Unis. Au cours d’une période d’étude de treize ans, le nombre de cas de piqûres a plus que triplé. Neuf germes disséminés par ces insectes ont également été découverts ou introduits aux États-Unis entre 2004 et 2016.

Les maladies causées par les moustiques, les tiques et les piqûres de puces continuent d’avoir des répercussions sur notre pays et la menace de maladies augmente“, a déclaré le directeur du CDC, Robert Redfield, lors d’une conférence de presse tenue ce mardi. “Il nous faudra travailler ensemble pour prévenir et contrôler les maladies. Il y a un rôle pour tout le monde“. S’appuyant sur une base de données nationale, les chercheurs ont analysé les cas signalés de seize maladies à transmission vectorielle (six maladies transmises par les tiques, neuf maladies transmises par les moustiques et une maladie transmise par les puces) de 2004 à 2016. Sur les 642 602 cas déclarés sur la période d’étude, plus de 75 % ont été causés par des maladies transmises par les tiques et il s’agissait le plus souvent de la maladie de Lyme. Les cas de maladies transmises par les tiques ont doublé au cours de la période d’étude, passant d’environ 22 500 en 2004 à environ 48 600 en 2016.

Les chercheurs ont également identifié sept maladies transmises par les tiques introduites aux États-Unis durant cette même période. Alors que l’augmentation des maladies transmises par les tiques était graduelle et augmentait régulièrement chaque année, l’augmentation des maladies transmises par les moustiques était quant à elle plus soudaine et due aux épidémies récentes du virus du Nil occidental et du virus Zika. Par exemple, près de 14 000 cas de maladies transmises par les moustiques ont été signalés en 2012 (l’année d’une importante épidémie de virus du Nil occidental) contre seulement 4 300 cas signalés l’année précédente. En 2016, il y a eu plus de 47 000 maladies transmises par les moustiques, en grande partie dues au virus Zika.

La seule maladie à déclaration obligatoire par les piqûres de puces est la peste qui reste encore relativement rare aux États-Unis, causant entre trois et dix-sept cas chaque année au cours de la période d’étude d’après le rapport.

Alors, comment expliquer la hausse du nombre de piqûres et de maladies à transmission vectorielle ? Il y a plusieurs facteurs selon les chercheurs.

Lyle Petersen, directeur du département des maladies transmises par un vecteur au sein des CDC, a souligné que la hausse continue de la température de la planète pouvait favoriser la propagation de ces maladies tout en refusant de dire que le changement climatique en était responsable. “Nombre de ces maladies sont sensibles à la hausse des températures“, a-t-il simplement précisé. “Des températures plus élevées vont avoir tendance à augmenter le périmètre de ces tiques vers le nord ainsi qu’à prolonger la saison où elles sont actives“, a-t-il poursuivi.

Un rapport publié en 2016 par le US Global Change Research Program suggère cependant que le changement climatique pourrait effectivement contribuer à l’augmentation du nombre de tiques. D’autres facteurs, y compris une augmentation des vols internationaux, affectent également la propagation de ces maladies. “Neuf nouveaux microbes -dont sept transportés par des tiques- ont été introduits ou découverts aux États-Unis depuis 2004“, a précisé Robert Redfield.

Source