in

Les lignes à très haute tension, un possible risque pour les enfants ?

Crédits : Pixabay

Selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses), il ne faudrait pas bâtir d’établissements scolaires à proximité de lignes à très haute tension. Il est question de risques possibles liés aux champs magnétiques à basses fréquences générés par ces lignes.

Des risques de leucémie

Dans un communiqué du 21 juin 2019, l’Anses livre une nouvelle expertise sur les effets sanitaires liés à l’exposition aux champs électromagnétiques basses fréquences. En 2010, l’agence avait déjà estimé que par précaution, il valait mieux ne pas implanter de nouvelles écoles à proximité des lignes à très haute tension.

Bien que pour l’instant, aucun lien de cause à effet n’ait été clairement démontré par la Science, l’Anses évoque des risques de leucémie infantile concernant une exposition sur le long terme. L’agence parle également de stress oxydant, d’effets génotoxiques, d’effets sur la physiologie cellulaire ou encore de maladies neurodégénératives et autres tumeurs du système nerveux.

Rappelons que les champs magnétiques basses fréquences ont une fréquence inférieure à 8,3 kilohertz. Au-dessus, il devient question de radiofréquences. Les champs magnétiques basses fréquences sont générés par des transformateurs électriques, les réseaux de transport d’électricité ainsi que les appareils électroménagers, les aimants ou encore les câbles électriques permettant la circulation du courant.

L’Anses recommande de ne pas installer de nouvelles écoles à proximité des lignes à très haute tension.
Crédits : Wikipédia

40 000 enfants exposés depuis leur domicile

Les études épidémiologiques existantes portent sur des fréquences de 50 Hz ou 60 Hz (transport d’électricité) selon l’Anses. Or, quelques unes de ces recherches semblent mettre en exergue une augmentation statistique du risque de leucémie infantile dès lors qu’un certain seuil d’exposition est atteint. Selon l’agence, il est question de 0,2 à 0,4 microteslas – µT (unité de mesure des champs magnétiques).

Le communiqué de l’Anses évoque une étude menée par l’Inserm et le CHU de Caen. Celle-ci estime à 40 000 le nombre d’enfants de moins de 15 ans exposés directement depuis leur domicile à un champ magnétique supérieur à 0,4 µT. L’étude annonce qu’il en va de même dans le cas de 8 000 enfants depuis leur école.

Ainsi, l’Anses réitère donc son annonce de 2010 en indiquant qu’à proximité des lignes à très haute tension, aucune école ou hôpital ne devrait être nouvellement construit. Logiquement, l’installation de telles lignes au-dessus de ces établissements est également déconseillée.

Sources : Le MondeHuffingtonPost

Articles liés :

L’Homme possède-t-il un 6 ème sens pour détecter les champs magnétiques ?

Cette application vous permet de mesurer votre exposition aux ondes électromagnétiques

Les forêts autour des lignes électriques favoriseraient la protection des oiseaux

Notez cet article