in

Les jobs les mieux payés ne seraient pas les plus satisfaisants !

Crédits : iStock

Le célèbre réseau social professionnel Linkedin a mené une enquête auprès de ses utilisateurs pour en savoir plus sur leur relation au stress. Qui est touché par ce phénomène ? Qu’est-ce qui l’influence ? Comment joue-t-il sur le bien-être au travail ?

Aux États-Unis, le mois d’avril rime avec sensibilisation au stress, et c’est dans ce cadre que Linkedin a mené une enquête dont les résultats sont assez impressionnants. Le compte rendu publié le 17 avril 2018 sur le blog du réseau social indique que les personnes ayant un salaire annuel compris entre 35 000 et 50 000 dollars estiment être stressées.

Cependant, comme le montre le graphique ci-après, les personnes ayant un plus haut salaire seraient davantage exposées au stress. Si ce n’est pas le cas de la tranche 51 000 –  75 000 dollars, il s’avère que les salaires les plus hauts, c’est-à-dire supérieurs à 200 000 dollars annuels, seraient soumis à plus de stress que tous les autres. Ainsi, les emplois les mieux payés ne seraient pas vraiment les plus satisfaisants.

Les personnes ayant les salaires les plus hauts seraient les plus stressées
Crédits : Linkedin

Par ailleurs, s’il existe peu de différences entre les genres, la tranche d’âge la plus stressée est celle des 37 à 52 ans, suivie de celle des baby-boomers (plus de 53 ans) et des millennials (génération Y). Évoquons également que si ces derniers ne sont pas les plus stressés, il semblent néanmoins être les moins satisfaits dans leur travail.

En France, le cabinet Stimulus a réalisé une étude publiée en fin d’année 2017. Selon cette enquête, 28 % des femmes et 20 % des hommes seraient dans un « état d’hyperstress », c’est-à-dire à un niveau dangereux pour leur santé. La plus importante raison de cet état serait incarnée par les exigences liées au travail. Les autres raisons seraient liées au manque de temps, à la complexité du poste, à une nécessité de s’adapter sans cesse ou encore à l’impossibilité de voir plus loin que deux ans dans leur travail.

 Source