in

Les jeux vidéo, futur moyen de soigner les maladies neurodégénératives ?

Crédits : PeakPx

Depuis pratiquement une décennie, les jeux sérieux ont fait leur apparition dans le domaine de la santé. Certains de ces jeux ont pour objectif de traiter des maladies telles qu’Alzheimer pour lesquelles il n’existe pas de médicament.

Une tendance récente

En matière de santé, le jeu existe depuis très longtemps. Toutefois, les années 2010 ont vu apparaître des jeux vidéo connus sous l’appellation “serious game” (jeu sérieux). Citons par exemple le jeu Smokitten, un jeu vidéo sorti en 2016 ayant pour objectif d’encourager l’utilisateur à arrêter de fumer. Dès le début des années 2000, certains petits jeu ont ouvert la voie. Citons par exemple le Programme d’entraînement cérébral du Dr Kawashima (Nintendo), un jeu de “brain fitness”.

Julian Alvarez est docteur en sciences de l’information et de la communication et fondateur de Ludoscience. Il s’agit d’un laboratoire de recherche et développement dédié à l’étude du jeu vidéo et ses multiples incarnations. Dans sa thèse soutenue en 2007 à l’Université de Toulouse-le-Mirail, l’intéressé expliquait que l’objectif des serious games est de combiner des aspects sérieux (communication, apprentissage, éducation, etc.) avec les ressorts ludiques des jeux vidéo. En effet, le serious game n’a pas pour finalité de divertir. Toutefois, son aspect ludique motive le joueur à se former, comprendre et maintenir ses capacités cognitives.

Un jeu pour traiter Alzheimer

Président de France Alzheimer Sarthe, Jean-Claude Meignan organise un événement particulier une fois toutes les deux semaines. En effet, celui-ci invite des patients atteints de la maladie d’Alzheimer à jouer à X-Torp, un jeu d’aventure disponible sur la plateforme Curapy de l’éditeur de jeux vidéos thérapeutiques Genious Healthcare. Dans ce jeu, les principales villes du globe sont des îles émergeant des terres, recouvertes par les mers et les océans. Il s’agit de naviguer de manière libre en achetant/revendant des marchandises et en gagnant des batailles navales.

X-torp jeu video serieux
Crédits : X-Torp

Pour Jean-Claude Meignan, ce jeu est une thérapie non médicamenteuse faisant partie des plus intéressantes. En effet, celle-ci fait travailler la motricité, les réflexes, le repère spatial, la mémoire ainsi que la rapidité. L’intéressé explique que les patients maintiennent leurs capacités malgré l’évolution de la maladie. Cette stabilité est très étonnante, bien qu’il n’existe aucune étude prouvant le lien avec le jeu vidéo.

Il faut savoir que la santé est l’un des secteurs les plus dynamiques du serious game. Effectivement, ce marché se chiffre à près de 200 milliards d’euros, en considérant seulement la France. À l’avenir, ce type de jeu devrait se développer davantage et ainsi s’attaquer au traitement d’autres maladies neurodégénératives.