in

Les fabricants de cigarettes vont devoir payer pour le nettoyage des mégots !

Crédits : Dominik_Alexander_1977 / Pixabay

Entre les risques d’incendie et la pollution des sols et de l’eau, les mégots de cigarettes sont un véritable fléau dans le monde entier. En France, le gouvernement a décidé de faire payer les cigarettiers par le biais d’une éco-contribution. Les fabricants devront donc payer pour gérer les déchets en lien avec leur activité.

Les fabricants participeront au nettoyage des communes

Chaque jour dans le monde, les fumeurs jettent pas moins de 4 300 milliards de mégots de cigarettes, soit 137 000 mégots par seconde. Rappelons que ces mêmes mégots sont faits d’acétate de cellulose, une forme de plastique pouvant mettre plusieurs années à se décomposer. Il s’agit par ailleurs de la principale source de déchets marins, finissant leur course dans les océans après un transit via les égouts pluviaux, les ruisseaux et autres rivières. Or, les mégots nuisent entre autres à la faune marine.

Il y a tout juste un an, les députés ont validé la création de filières à Responsabilité élargie des producteurs (REP). Ces dernières contraignent les producteurs à gérer les déchets générés par leurs activités. Concernant les fabricants de tabac, il est question de financer la gestion des mégots. Comme l’explique Les Échos dans un article du 22 février 2021, le gouvernement a précisé les modalités de ces REP devant voir le jour cette année. L’éco-organisme en lien avec les cigarettiers devrait prendre le nom d’Alcome.

megot cigarette
Crédits : Free-Photos/Pixabay

40 % de mégots par terre en moins

Par exemple, les fabricants de cigarettes devront financer le nettoyage au niveau des communes. Il s’agira notamment de verser 2,08 euros par an et par habitant aux villes de plus de 50 000 habitants. Cette éco-contribution sera de 1,08 euro pour les villes de de 5 000 à 50 000 habitants et de 50 centimes pour les communes les plus petites. Par ailleurs, il s’agit là d’un début puisque la mesure prévoit un barème progressif, dont le plafond devrait être atteint en 2023. Évoquons également le fait que cette mesure peut tout à fait se comparer au principe pollueur-payeur adopté par l’OCDE en 1972.

Au-delà de cette participation financière, les cigarettiers devront élaborer des campagnes de sensibilisation aux déchets. Il sera également question de mettre en place des opérations visant les consommateurs clients, comme la distribution de cendriers de poche. Effectivement, l’objectif est d’éduquer les consommateurs et changer les comportements.

L’objectif à atteindre est d’ailleurs assez ambitieux, à savoir réduire de 40 % le nombre de mégots jetés par terre d’ici 2027. Enfin, l’organisme Alcome aura pour mission de travailler sur d’autres projets comme le développement de filières nouvelles de transformation des mégots. Citons également l’élaboration de systèmes de ramassage innovants.