in

Les émissions de GES des 13 plus grandes entreprises laitières sont équivalentes à celles du Royaume-Uni !

Crédits : Pixabay / tookapic

Selon le récent rapport d’un institut étasunien, les 13 plus importantes entreprises laitières ont augmenté leurs émissions de GES de 11 % au cours des deux années suivant l’Accord de Paris sur le climat (COP21). Selon le document, la consommation de produits laitiers mais également de viande devrait être réduite afin de faire face à l’urgence climatique

Le secteur du lait pollue toujours plus

L’Institute for Agriculture and Trade Policy (IATP) est une organisation de recherche et de plaidoyer à but non lucratif. Son objectif ? Faire la promotion de systèmes alimentaires, agricoles et commerciaux durables. Dans un rapport publié le 15 juin 2020, l’IATP a fustigé les 13 plus grandes entreprises laitières du monde. En effet, entre 2015 et 2017, ces sociétés ont augmenté de 11 % leurs émissions de gaz à effet de serre (GES).

Ensemble, ces sociétés ont atteint 338 millions de tonnes d’équivalent CO2 en 2017. Comme l’explique le quotidien britannique The Guardian, cette quantité est équivalente à celle du Royaume-Uni (350 millions de tonnes de CO2).

infographie CO2 lait
Crédits : Institute for Agriculture and Trade Policy

Manque de pression concernant les géants du lait

Le rapport de l’IATP estime que cette augmentation des émissions de GES a plusieurs raisons. Il est question d’un accroissement de la production mondiale. En effet entre 2015 et 2017, les 13 entreprises ont augmenté de 8 % leur production de lait. Le rapport pointe surtout un manque de pression de la part des décideurs politiques concernant cette industrie.

Si le secteur laitier a réagi en expliquant prôner une production responsable, les résultats sont affligeants. Comme le montre le graphique ci-dessous, seulement 3 des 13 sociétés citées ont baissé leur émissions de GES sur ces deux années, des baisses qui ne sont d’ailleurs pas faramineuses. Dans le top 3 des sociétés dont l’augmentation est la plus forte, nous retrouvons Amul GCMMF (Inde), Lactalis (France) et Saputo (Canada).

graphique CO2 lait
Crédits : Institute for Agriculture and Trade Policy

L’IATP a donné quelques préconisations. La mesure la plus importante est celle visant à plafonner la production de lait. L’objectif ? Faire face au dérèglement climatique mais aussi à la crise du secteur. En effet, l’industrie du lait est basé sur un modèle intensif favorisant les grosses exploitations. Ainsi, le prix de vente du lait fait régulièrement l’objet de baisses. Par ailleurs, ce constat est pratiquement le même pour ce qui est de la production de viande. De plus, qu’il s’agisse de lait ou de viande, l’IATP indique que leur consommation devrait faire l’objet d’une baisse si le monde désire réellement faire face au dérèglement climatique.

Enfin, le rapport évoque le cas de certaines sociétés dont Danone (France) et Arla (Danemark) qui s’étaient engagées à réduire leurs émissions de GES. En revanche, ces engagements concernent la manière d’exploiter les bureaux et autres usines de transformation. Malheureusement, les chaînes d’approvisionnement sont très souvent exclues de ces mesures.