in

Les Émirats arabes unis iront sur la Lune avec la Chine

Crédits : NASA

Les Émirats arabes unis profiteront de la mission chinoise d’atterrissage Chang’e-7 pour envoyer un rover sur la Lune. Il s’agit du premier exemple de coopération entre les deux pays pour une mission spatiale.

Le Centre spatial Mohammed Bin Rashid (MBRSC) des Émirats arabes unis vient d’annoncer avoir signé un protocole d’accord avec l’Agence spatiale nationale chinoise (CNSA) pour travailler ensemble sur les futurs efforts lunaires. Les deux agences « collaboreront sur de futures missions lunaires impliquant l’atterrissage d’un rover à bord d’un atterrisseur« .

Ce premier effort interviendra dans le cadre de la mission chinoise Chang’e-7. Il s’agit d’une mission multi-vaisseaux impliquant un orbiteur, un atterrisseur, un rover et un petit atterrisseur mobile chargé de sonder la composition des cratères ombragés en permanence. Ces véhicules seront soutenus par un satellite relais opérant sur une orbite lunaire inclinée et hautement elliptique.

Le lancement de Chang’e-7 est actuellement prévu fin 2026 à bord d’une fusée chinoise Longue Marche 5. L’atterrissage se fera au niveau du pôle sud lunaire. La région intéresse de nombreux acteurs du monde spatial, dans la mesure où celle-ci propose de bonnes conditions d’éclairage et des cratères ombragés susceptibles d’abriter des substances volatiles piégées par le froid, notamment de la glace d’eau.

On le sait maintenant, la mission transportera donc un petit rover Émirati. Aucune spécification pour le véhicule n’a pour l’instant été publiée, si ce n’est qu’il sera baptisé Rashid 2.

lune émirats arabes unis chine
Les agences spatiales des Émirats arabes unis et de la Chine ont signé un protocole d’accord le 16 septembre 2022 pour coopérer sur les futures missions robotiques lunaires. Crédits : MSRBC via Twitter

Les Émirats arabes unis de plus en plus présents sur la scène spatiale

Notez que les Émirats arabes unis travaillent déjà avec deux partenaires du secteur privé sur une mission lunaire. Celle-ci prévoit de livrer un petit rover nommé Rashid sur la surface de la Lune à la fin de cette année. La mission sera lancée au sommet d’une fusée SpaceX Falcon 9, tandis que le rover se posera à bord de l’atterrisseur japonais Hakuto-R, construit par la société tokyoïte ispace.

Rappelons également que les Émirats arabes unis, comme la France, sont signataires des accords Artemis, dirigés par les États-Unis. La Chine, de son côté, ne fait pas partie du projet. Cependant, une coopération avec d’autres parties n’est pas interdite. Cet accord entre les Émirats arabes unis et la Chine ne devrait donc pas poser problème.

Il s’agira d’un pas de plus dans le milieu spatial pour les Émirats arabes unis, qui ont fait de nombreux progrès dans le domaine au cours de ces dernières années. En 2019, un premier cosmonaute Émirati, Hazzaa Ali Almansoori, s’est en effet envolé à bord d’une fusée Soyouz pour l’ISS. Le pays est également en orbite autour de Mars avec sa mission Hope, dont l’objectif sera de se concentrer sur l’étude de l’atmosphère martienne. Enfin, les Émirats arabes unis ambitionnent d’envoyer une sonde visiter la ceinture d’astéroïdes dès 2028. Il s’agira alors du second effort interplanétaire du pays.