in

Les éléphants d’Asie seraient (très) doués en maths

Crédits : Tim Strater / Wikimedia Commons

Une récente étude menée sur un éléphant d’Asie (Elephas maximus) suggère que l’espèce pourrait être capable de compter les nombres relatifs. Seul l’Homme en était à ce jour capable.

De nombreux animaux sont capables de différencier les quantités, mais celles-ci sont généralement inexactes. Il semblerait néanmoins qu’une espèce se détache des autres en matière de mathématiques : l’éléphant d’Asie. De récentes expériences menées sur une femelle de l’espèce révèlent en effet que celle-ci serait capable de juger des quantités relatives. Les détails de l’étude sont rapportés dans la revue Journal of Ethology.

« Cette étude fournit la première preuve expérimentale que les animaux non humains ont des caractéristiques cognitives partiellement identiques au comptage humain », explique Naoko Irie, experte en cognition numérique à la Graduate University for Advanced Studies, au Japon.

Dans le cadre de cette étude, Authai, une femelle de 14 ans, a été placée devant un écran tactile. L’éléphante devait observer deux images à comparer, chacune contenant différentes quantités de fruits (de zéro à dix). Le but était de choisir la corbeille avec le plus de fruits. Les illustrations présentaient des fruits de tailles variées, pour s’assurer que l’animal ne choisisse pas la corbeille la plus “pleine”.

Au terme de l’étude, Authai a finalement correctement identifié l’image avec le plus grand nombre de fruits 181 sur 271 fois (soit environ 67 % de réussite). Contrairement à d’autres animaux doués avec les nombres, il s’avère qu’Authai était capable d’évaluer le nombre de fruits sans être influencée par la taille de ces derniers ni par la distance qui les séparait.

Par ailleurs – comme chez l’Homme – le temps de réaction de l’animal augmentait légèrement lorsque les fruits étaient de plus en plus rapprochés. Le fait que Authai ait eu besoin de plus de temps pour compter dans ces cas précis s’explique, selon les chercheurs, par l’analyse plus approfondie d’un problème plus complexe.

Ainsi, les éléphants d’Asie présenteraient des capacités numériques proches de celles observées chez l’Homme – du moins plus proches que n’importe quel autre animal. Il est tout de même important de souligner que ces expériences n’ont ici concerné qu’un seul animal. Difficile donc de faire de ces résultats une généralité pour l’espèce. Pour en avoir le cœur net, d’autres expériences devront être menées.

Source

Articles liés : 

Pourquoi la peau des éléphants d’Afrique est-elle aussi ridée ?

Une nouvelle expérience le prouve : les éléphants ont bien conscience de leur corps

Le formidable pouvoir de transmission