in

Les dinosaures auraient quand même disparu sans la météorite de Chicxulub

Crédits : Denis-Art/iStock

L’extinction des dinosaures et de la quasi-totalité des espèces vivant durant le Crétacé aurait été déclenchée par une énorme météorite. C’est en tout cas le consensus majoritaire chez la plupart des chercheurs. Néanmoins, certains rapportent que même si un objet céleste n’avait jamais croisé l’orbite terrestre, ces créatures colossales auraient tout de même été vouées à disparaître.

Une coïncidence qui a coûté (très) cher

66 millions d’années avant notre ère, la biosphère a subi un évènement cataclysmique, qui laissa extrêmement peu de rescapés derrière lui. Sur ce point, les scientifiques sont unanimes. Mais en ce qui concerne son principal responsable, les avis divergent quelque peu. La théorie la plus répandue expose l’idée d’un astéroïde géant frappant la Terre, dans la péninsule du Yucatán au Mexique. L’explosion de la roche incandescente a conséquemment produit des tsunamis sans précédent, carbonisant de nombreuses régions alentour sur des centaines de kilomètres à la ronde et soulevant des milliards de tonnes de poussière dans l’atmosphère. Cela a eu pour conséquence d’occulter la lumière du Soleil durant des années, plongeant la planète dans un hiver aride. Qui plus est, un rapport publié récemment fait état d’un second astéroïde tombé au même moment que celui du cratère de Chicxulub, non loin des côtes africaines.

dinosaures
Crédits : Willgard/Pixabay

Par ailleurs, les experts s’accordent sur le facteur déclencheur prédominant des quatre autres extinctions massives de l’Histoire. En effet, les grandes disparitions du vivant sont apparemment toutes liées à d’importantes éruptions volcaniques qui ont totalement bouleversé le climat sur de très longues durées. Une équipe spécialisée en géochronologie s’est basée sur ces évènements passés et a remis en question le rôle majeur qu’aurait joué l’objet venu d’ailleurs dans l’annihilation des dinosaures.

Une activité volcanique dévastatrice

L’extinction de masse du Permien-Trias, mettant fin à l’ère Paléozoïque, a été provoquée par une éruption volcanique de grande ampleur il y a 252 millions d’années. Se sont alors formées à cette époque ce qu’on appelle aujourd’hui les trapps de Sibérie. Ces trapps sont étalées sur plus de 500 000 km2 avec une épaisseur de 10 à 50 m. Elles dérivent d’un empilement de coulées de lave, vestiges d’une intense activité magmatique qui aurait duré près d’un million d’années.

volcan
Crédits : RomoloTavani/iStock

D’après Théodore Green et son équipe d’experts, les trapps du Deccan, situées en Inde, demeurent elles le témoignage de violentes agitations volcaniques dont la puissance aurait fini par ravager l’environnement, causant fatalement un jour ou l’autre la crise K-T (extinction Crétacé-Tertiaire). En d’autres termes, cet évènement serait donc le facteur déclencheur numéro un de la disparition des dinosaures. Et selon nos connaissances géologiques, de nombreux impacts de grands astéroïdes sont survenus au fil du temps, n’engendrant toutefois aucun anéantissement global sur la planète.

Par conséquent, même sans l’apparition d’un élément extérieur, la fin des dinosaures était, semble-t-il, inévitable. Notons néanmoins que la déflagration issue du terrible choc météoritique aurait précipité l’inéluctable, ajoutant de l’huile sur un feu bouillonnant qui embrasait déjà les conditions de vie de nos prédécesseurs.

Les recherches abondent sur le sujet. La période du Mésozoïque (-252 millions à -66 millions d’années), indissociable des dinosaures, fascine les paléobiologistes. Malgré ce gigantesque laps de temps séparant l’humanité de ces créatures, nous réalisons de formidables découvertes. D’ailleurs, la trouvaille d’un fossile établi au cœur des badlands de l’Alberta (Canada) s’est révélée particulièrement exceptionnelle. Et pour cause, les scientifiques ont déniché de la peau de dinosaure encore rattachée au squelette d’un hadrosaure.