in

Les diamants les plus rares du monde se forment bien plus en profondeur que prévu

Crédits : Evan M. Smith et al. / Nature

Une étude unique publiée dans la revue Nature, menée par des géologues américains, italiens et sud-africains, se penche sur l’analyse de 46 des diamants les plus précieux au monde, et ce pour répondre à une question simple : à quelle profondeur se forment les diamants bleus ?

Les diamants bleus – ou les diamants de type IIb – sont extrêmement rares. À peine un centième de 1 % de tous les diamants extraits entrent dans cette classification : c’est pourquoi ils sont si précieux. « Ils sont par ailleurs difficiles d’accès à des fins de recherche scientifique », explique l’un des auteurs de l’étude, Evan Smith, du Gemological Institute of America. Les chercheurs ont ici passé deux ans à se familiariser avec les diamants bleus les plus chers au monde, choisissant finalement pour leur étude des diamants qui présentaient des inclusions claires. Cela désigne les traces visibles des minéraux des anciennes roches souterraines dans lesquelles les diamants se sont formés.

En étudiant attentivement ces inclusions, les chercheurs peuvent estimer quelles sortes de minéraux se trouvaient dans les roches où se sont formés les diamants. Les inclusions peuvent également indiquer où (approximativement) ces diamants se sont formés dans la croûte terrestre.

La technique utilisée par les scientifiques est la spectroscopie Raman, une méthode de diffusion des lasers sur une cible pour déterminer sa composition moléculaire unique. Grâce à elle, l’équipe a déterminé que les inclusions dans les diamants bleus ressemblaient à des roches qui pourraient se former seulement dans le manteau inférieur de la Terre – à environ 660 kilomètres sous la surface de notre planète. C’est environ quatre fois plus en profondeur que ce que l’on pensait auparavant. En revanche, les chercheurs notent que la plupart des autres diamants émergent d’environ 150 à 200 km sous la surface.

« Nous savons maintenant que les plus beaux diamants de qualité gemme viennent des régions les plus reculées de notre planète », note Steven Shirey, chercheur à la Carnegie Institution for Science à Washington DC, et co-auteur de l’étude. Ces résultats suggèrent également que notre planète recycle ses minéraux de surface beaucoup plus profondément dans le manteau qu’on ne le pensait auparavant.

diamant bleu Hope
Le diamant Hope. Crédits : Wikimedia Commons / Harry Winston

Rembobinons maintenant l’histoire de l’un des diamants les plus célèbres du monde : le diamant Hope – une pierre bleue de 45 carats exposée au Musée national d’histoire naturelle du Smithsonian depuis 1958. En remontant le fil des années, vous pouvez alors imaginer ce diamant quitter son actuel piédestal et changer de main rapidement, passant des marchands aux mondains – en passant par des voleurs – jusqu’au roi Louis XIV. Finalement, il retrouverait un marchand de pierres précieuses français qui le ferait retourner dans sa mine d’origine en Inde, où il serait à nouveau pris au piège dans la lave durcie pendant des centaines de milliers d’années.

Vous verriez ensuite cette roche fondre dans un magma fumant, qui serait ensuite aspiré dans un volcan avant de s’enfoncer profondément dans le manteau de la Terre. Ce qui reste du diamant se décomposerait alors lentement en ses éléments constitutifs.

Notons également que les diamants bleus héritent leur couleur frappante du bore, un élément trouvé presque exclusivement à la surface de la Terre et dans les dépôts minéraux sous-marins. Pour atteindre les profondeurs où les diamants bleus sont maintenant supposés se former, ce bore chevauche probablement la croûte océanique dense de la Terre lorsqu’il entre en collision avec la croûte continentale dans les zones de subduction – les endroits où deux plaques tectoniques se brisent.

Source

Articles liés : 

Un quadrillion de tonnes de diamants se cacheraient sous la surface de la Terre

De gigantesques vagues de nanodiamants voyagent à travers la Galaxie

De véritables “pluies de diamants” tombent sur Uranus et Neptune