in

Les climato-sceptiques sont plus représentés dans les médias que les scientifiques du climat !

Crédits : Pixabay

Une récente étude s’est intéressée à la représentation médiatique des opinions liées au réchauffement climatique. Or, il s’avère que les scientifiques du climat apparaissent moins dans les médias que les climato-sceptiques !

Les climato-sceptiques plus présents dans les médias

Un trio de chercheurs mené par Alexander Petersen de l’Université de Californie à Merced (États-Unis) s’est intéressé à la question du réchauffement climatique dans les médias entre 2000 et 2016. Dans l’étude parue dans la revue Nature Communications le 13 août 2019, les chercheurs indiquent avoir analysé environ 100 000 articles de presse (papier et Internet).

Des centaines d’importants scientifiques du climat ont été recherchés, afin de comptabiliser leurs citations. Le même travail a été fait dans des proportions identiques concernant des personnalités ouvertement climato-sceptiques. Il s’agit le plus souvent d’universitaires, d’hommes politiques et autres entrepreneurs doutant de l’existence du dérèglement climatique.

Selon les résultats, la représentation dans les médias des climato-sceptiques a été plus importante de 49 % par rapport aux scientifiques eux-mêmes ! Les chercheurs indiquent que même au sein d’importants médias anglophones tels que le Wall Street Journal, le New York Times ou encore The Guardian, les climato-sceptiques étaient plus présents.

Le président des États-Unis Donald Trump est sûrement le plus célèbre des climato-sceptiques !
Crédits : Wikimedia Commons

Quelles conséquences ?

Depuis des années, de très nombreuses études pointent du doigt les causes et les conséquences du réchauffement climatique. Depuis l’ère préindustrielle, les émissions de GES ont déjà causé une augmentation de 1 °C de la température à la surface du globe. Alors que nous nous dirigeons vers une hausse constante de cette température, les scientifiques du climat – dont le GIEC – tentent de prévenir l’humanité. En revanche, le climato-scepticisme s’est largement développé ces dernières années.

« Ceux qui sont à contre-courant en matière de changement climatique ont réussi à organiser une voix forte au sein de la communication politique et scientifique. Une telle disproportion dans la visibilité médiatique des arguments et des acteurs à contre-courant dénature la répartition des opinions des experts et sape la crédibilité des climatologues », explique Alexander Petersen.

Ce phénomène de déséquilibre dans les médias est d’ailleurs amplifié par les réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter. En effet, la parole climato-sceptique dispose là d’une large tribune. Selon les chercheurs, cette situation a pour effet un ralentissement important de la prise de conscience collective du dérèglement climatique et de ses conséquences sur la vie et la planète.

Sources : Le MondeBig Think

Articles liés :

7000 établissements d’enseignement supérieur déclarent une « situation d’urgence climatique » !

Il y aurait désormais une catastrophe climatique chaque semaine, alerte l’ONU

Réchauffement climatique : cette infographie montre l’évolution des anomalies depuis 1880 !