in

Les cigarettes électroniques pourraient nuire à la fertilité des femmes

Crédits : Aviano.af.mil

Une étude menée chez la souris, publiée par The Endocrine Society, suggère que la consommation de cigarettes électroniques peut nuire à la fertilité. Elle limiterait la prise de poids du fœtus.

L’usage de la cigarette électronique est en train de se répandre, souvent en alternative à la véritable cigarette. S’il est vrai que le fait de se tourner vers ces dispositifs permet a priori de se détacher du tabac, ses effets sur la santé sont en revanche encore incompris. Quelques études ont néanmoins déjà isolé quelques dangers potentiels. Il y aurait, par exemple, un lien entre l’usage de la cigarette électronique et un risque accru de problèmes cardiaques. Plusieurs cigarettes électroniques contiendraient également certaines toxines bactériennes et fongiques. Il y a quelques jours, on apprenait également que l’usage de l’e-cigarette pouvait endommager les vaisseaux sanguins. Même sans nicotine.

Des problèmes de fertilité chez la souris

Cette nouvelle recherche reste dans le même “tempo”, nous révélant cette fois de possibles effets néfastes sur la fertilité féminine. Pour ces travaux, des chercheurs de l’Université de Caroline du Nord ont exposé des souris à de la vapeur d’e-cigarettes. À raison de cinq fois par semaine, pendant quatre mois. Il est alors ressorti que les souris concernées montraient un retard significatif dans le développement de la première portée. Autrement dit, cette exposition à la vapeur de cigarette électronique avant la conception semblait retarder l’implantation de l’embryon fécondé dans l’utérus. Mais ce n’est pas tout.

« Nous avons également découvert que l’utilisation de la cigarette électronique tout au long de la grossesse avait modifié la santé et le métabolisme à long terme de la progéniture. Entraînant des effets permanents de la deuxième génération sur le fœtus en croissance », note Kathleen Caron, principale auteure de l’étude. Il a été démontré, par exemple, que les progénitures exposées aux cigarettes électroniques in utero n’avaient pas réussi à prendre autant de poids que les souris témoins.

cigarettes électroniques
Crédits : Pixabay

Des recherches supplémentaires nécessaires

« Ces résultats sont importants car ils changent notre point de vue sur la sécurité perçue des cigarettes électroniques comme solution de rechange aux cigarettes traditionnelles avant et pendant la grossesse », conclut la chercheuse. Bien évidemment, ce qui est observé chez la souris ne l’est pas toujours chez les humains. Ces recherches, au regard de ces résultats, méritent en revanche d’être approfondies. D’autant que – comme le soulignent les chercheurs – de nombreuses femmes se tournent vers les cigarettes électroniques pendant leur grossesse, en remplacement du tabac.

Rappelons que les effets du tabac sur le fœtus dans la grossesse sont, cette fois, bien établis. Comme le risque de naissance prématurée, ou de faible poids à la naissance. Une étude, publiée il y a quelques semaines, a également confirmé que le fait de fumer pendant la grossesse pouvait doubler le risque de mort subite du nourrisson.

Articles liés :

Un premier décès lié à l’usage de cigarettes électroniques ?

Infographie : le voyage d’un mégot de cigarette jeté dans la rue

Cancer : boire une bouteille de vin par semaine équivaut à fumer jusqu’à 10 cigarettes