in

Les chiens pourraient détecter le paludisme en reniflant les chaussettes

Crédits : iStock

Une récente étude suggère que des chiens spécialement formés pourraient diagnostiquer le paludisme en flairant des chaussettes portées par des personnes infectées par le parasite.

On savait les chiens doués pour diagnostiquer certains cancers, ou pour anticiper des crises d’épilepsie avant qu’elles ne surviennent. Il semblerait que nos chers amis à quatre pattes aient également la truffe suffisamment puissante pour reconnaître “l’odeur” du paludisme (responsable de 445 000 décès en 2016), et ce même si les personnes infectées ne présentent aucun symptôme. Une arme de plus pour lutter contre la maladie.

« De nombreux pays sont sur le point d’éliminer ou ont éliminé le paludisme – par exemple, le Sri Lanka – ce qui est une réalisation extraordinaire, explique Steven Lindsay, entomologiste à l’Université de Durham (Royaume-Uni). Mais les moustiques ne vont pas disparaître ». Le problème, pour endiguer la maladie, est que certaines personnes peuvent être porteuses du parasite, mais ne présenter aucun symptôme. « Si vous avez un parasite du paludisme sur 1 000, vous ne pouvez pas piquer le doigt de  1 000 personnes pour un échantillon de sang afin de l’identifier – vous avez besoin d’une [approche] non invasive », poursuit le chercheur.

Et cette approche, c’est la truffe du chien. « Les personnes infectées par les parasites du paludisme produisent des odeurs dans la respiration et la peau qui sont des signaux spécifiques », explique-t-il.

chiens paludisme moustiques Afrique
Les chiens pourront-ils bientôt permettre de diagnostiquer le paludisme en Afrique ? Crédits : smerikal Flickr

Pour en arriver à une telle conclusion, les chercheurs ont demandé à plusieurs centaines d’écoliers en Gambie, certains porteurs du parasite, d’autres non, de porter une paire de chaussettes une nuit durant. Seules les chaussettes des non-porteurs du parasite et de jeunes infectés – qui ne présentaient aucun symptôme – ont été gardées puis envoyées en Angleterre pour analyses.

Entre temps, deux chiens – un Labrador et une Golden retriever – ont été formés pour détecter la maladie. Ceux-ci ne devaient marquer un arrêt que si ladite chaussette “sentait” le paludisme. Il y avait au total 30 chaussettes d’enfants infectés par le paludisme, et 145 d’enfants non infectés. Il en est ressorti que chaque chien avait correctement identifié les chaussettes des enfants atteints de paludisme – sans qu’ils en présentent les symptômes – dans 70 % des cas. Le taux de réussite était de 90 % pour les chaussettes d’enfants non infectés.

Notons par ailleurs que des tests ultérieurs ont révélé que certains des enfants étaient porteurs du parasite, mais à un stade plus avancé. Les deux chiens n’avaient en revanche pas été formés pour détecter leur odeur. Si tel avait été le cas, les résultats auraient sans doute été encore plus convaincants.

Les chercheurs prévoient maintenant d’élargir la zone d’échantillonnage à d’autres régions d’Afrique. Mais à terme, les chiens renifleurs pourraient permettre un diagnostic non invasif des personnes ne présentant aucun symptôme, mais qui restent toujours contagieuses.

Source

Articles liés : 

Des milliers de moustiques génétiquement modifiés bientôt lâchés en Afrique

Un essai historique en Australie élimine 80 % des moustiques vecteurs de maladies

Découverte d’un nouveau virus transmis à l’Homme par les moustiques