in

Les chiens peuvent sentir “l’odeur” des crises d’épilepsie

Un questionnaire élaboré permettrait de mieux sélectionner les chiens aptes à travailler en tant que guide pour aveugles. / Crédits smerikal Flickr

Une récente étude publiée dans Scientific Reports confirme qu’il existe bien une « odeur de crise » produite par les patients atteints d’épilepsie. Et que cette odeur est détectable par des chiens entraînés.

Nous savons que les chiens d’assistance entraînés sont capables de sentir plusieurs maladies. Certains peuvent renifler le faible taux de sucre dans le sang de leurs propriétaires diabétiques, par exemple, ou détecter certains cancers. D’autres peuvent même déceler le paludisme dans des chaussettes. Le cas des crises d’épilepsie a déjà été documenté, mais les preuves étaient jusqu’alors anecdotiques. Une récente étude prouve aujourd’hui que c’est effectivement le cas. Il y a bien une « odeur de crise » produite par les patients atteints d’épilepsie, détectable par des chiens entraînés.

Pour en arriver à cette conclusion, Amélie Catala et son équipe de l’Université de Rennes ont mené une petite expérience impliquant trois femelles et deux mâles de différentes races. Les cinq chiens avaient au préalable été formés en reniflant l’odeur d’une personne en crise. Plus tard, on a présenté aux chiens les odeurs capturées sur cinq autres individus épileptiques lors d’une crise. Vinrent ensuite les fameux tests.

Jusqu’à 100 % de réussite

L’idée consistait ici à présenter à chaque chien sept récipients dans lesquels était contenue une odeur. À l’intérieur de quatre d’entre eux pouvait être reniflée l’odeur des patients épileptiques – mais hors période de crise. Dans deux autres récipients, les chiens pouvaient renifler des odeurs de transpirations (sujets ayant fait du sport). Et enfin le dernier récipient contenait l’odeur prélevée sur le sujet en crise. Pour finir, chaque chien a été testé neuf fois. Le même protocole expérimental que celui utilisé pour tester la capacité canine à détecter le cancer et d’autres maladies a été mobilisé.

Et au final, les résultats ont été très bons. Tous les chiens ont en effet été en mesure d’identifier de manière positive le bon récipient, avec des taux de réussite allant de 67 % à 100 % (trois des cinq chiens ont obtenu des scores parfaits pour les neuf tests). En sens inverse, lors de tests visant à identifier les échantillons ne contenant pas “l’odeur de l’épilepsie”, les chiens ont eu un taux de réussite compris entre 95 et 100 %.

Vers des détections plus précoces ?

« Dès le premier essai ils ont réagi à la bonne odeur et l’ont explorée plus longtemps que toutes les autres, explique la chercheuse. Cela démontre clairement pour la première fois qu’il existe effectivement une odeur spécifique aux crises chez les individus épileptiques ». Les chercheurs aimeraient maintenant poursuivre ces recherches en impliquant davantage de chiens et de patients, mais il semblerait qu’il existe bel et bien un “profil olfactif” correspondant aux patients épileptiques en crise, ou sur le point de l’être.

Et c’est un grand pas en avant. Car si un parfum spécifique est réellement identifié, alors nous pourrions former de plus en plus de chiens d’assistance et, pourquoi pas, mettre au point des dispositifs – sortes de nez électroniques – capable d’alerter le public avant qu’une crise ne se déclenche.

Source

Articles liés :

Ce bracelet intelligent détecte les crises d’épilepsie nocturnes

Bientôt un médicament à base de marijuana contre l’épilepsie ?

9 % des français pensent que l’épilepsie est un phénomène paranormal