in

Les chats sauvages australiens tuent un million de reptiles par jour

Crédits : iStock

Les chats domestiques (Felis Catus)  retournés à l’état sauvage tuent plus d’un million de reptiles chaque jour en Australie, révèle une étude publiée ce lundi. Et parmi les nombreuses espèces touchées, beaucoup sont menacées.

Les chats ont anéanti des populations entières de reptiles en Australie depuis qu’ils ont été introduits par les colons européens il y a environ deux siècles. Les tentatives pour stériliser les populations et réduire leur nombre n’ont pour l’heure pas ralenti leurs instincts meurtriers. Cette nouvelle étude en est la preuve : des chercheurs de l’Université Charles Darwin (Australie) ont analysé plus de 10 000 échantillons alimentaires collectés par des scientifiques à travers tout le pays, via les déjections ou le contenu de l’estomac des félins. Au total, les chercheurs estiment qu’environ 650 millions de lézards et de serpents sont victimes chaque année des chats sauvages et domestiques.

« En moyenne, chaque chat retourné à l’état sauvage tue 225 reptiles par an », note John Woinarski, principal auteur de l’étude. « Certains chats mangent des quantités astronomiques de reptiles. On a trouvé de nombreux exemples de chats se gavant seuls de lézards, avec un record de 40 lézards différents trouvé dans l’estomac d’un seul chat ». L’étude, publiée dans la revue Wildlife Research, suggère que les chats tueraient environ 250 types de reptiles différents – y compris de grands scinques du désert, des dragons barbus et des geckos. Parmi ceux-ci, 11 sont des espèces menacées.

Source : AFP

Des recherches menées par la même équipe l’année dernière ont montré que les chats tuaient également plus d’un million d’oiseaux chaque jour en Australie, y compris des espèces menacées. Les chats sauvages, qui se comptent par millions dans le pays, sont également considérés comme les principaux coupables du taux élevé d’extinction des mammifères en Australie.

Le gouvernement a déjà affecté plus de 30 millions de dollars australiens à des projets visant à réduire l’impact des chats sauvages sur la faune. L’Australian Wildlife Conservancy a terminé le mois dernier une clôture électrifiée longue de 44 kilomètres pour créer une zone « sans chats » de près de 9 400 hectares dans le désert, dans le but de réintroduire des animaux indigènes victimes des félins. La zone sera prochainement étendue à environ 100 000 hectares.

Source