in

Les chats nouent des liens plus forts qu’on ne le pensait avec leurs humains

Crédits : Pixabay

Une étude nous apprend que les chats, contrairement à ce que beaucoup pensent, nouent des liens forts avec leurs humains. De la même manière que peuvent le faire les chiens et les bébés.

De nombreuses études se sont déjà penchées sur les relations unissant les humains avec leurs enfants, ou encore avec les chiens. On ne peut pas en dire autant des chats. Malgré le fait qu’ils soient à nos côtés depuis plusieurs milliers d’années, ces derniers sont en effet toujours considérés comme des animaux détachés. Parfois même ingrats. Mais nous pourrions avoir sous-estimé l’importance des interactions sociales dans la vie de ces félins. Une récente étude publiée ce lundi dans la revue Current Biology nous révèle en effet que les chats semblent, contrairement à la croyance populaire (pas des propriétaires de chats eux-mêmes), naturellement rassurés par la présence de leur propriétaire.

Théorie de l’attachement

Pour en arriver à ces conclusions, Kristyn Vitale et son équipe de l’Oregon State University ont adapté la théorie de l’attachement – réservée généralement aux enfants – à des chats. Le principe est le suivant : un enfant va adopter différents comportements s’il a développé un lien “solide”, “évitant” ou “ambivalent” avec ses parents. Dans la première configuration, le parent qui lui apporte des soins le rassure par sa présence. Dans la seconde, il peut chercher à se détourner de cette présence et se révèle indépendant. Enfin, dans la troisième, l’enfant craint le départ du parent, mais n’est pas spécialement rassuré lorsque celui-ci est présent.

Pour ces tests, les chercheurs ont recruté 108 propriétaires et leurs chats (70 chatons et 38 chats adultes). Tous étaient âgés de moins de huit mois. L’idée consistait à placer le propriétaire et son chat dans une pièce inconnue. Ils passaient deux minutes ensemble dans cette pièce, puis le propriétaire était invité à quitter les lieux pendant deux autres minutes. Le propriétaire revenait enfin, encore pendant deux minutes, aux côtés du félin. Les chercheurs, pendant ce temps, ont étudié les comportements des chats en présence de leur propriétaire, lorsque celui-ci était absent, et lorsqu’il revenait.

Crédits : Pixabay

Les chats fermement attachés à leur propriétaire

Il est alors ressorti plusieurs choses. Au retour des propriétaires, les chats se trouvant dans une relation “solide” se sont montrés moins stressés. Autrement dit, ils prêtaient de l’attention au propriétaire, mais continuaient tout de même à tranquillement explorer leur environnement. Ceux dans une relation moins solide, de leur côté, ont continué à montrer des signes de stress. Soit ils évitaient totalement leur propriétaire (évitant), soit ils lui montaient sur les genoux, mais sans bouger (ambivalence).

Au final, sur les 70 chatons, 64,3 % ont été placés dans la catégorie “stable” et 35,7 % dans la catégorie “instable”. Même constat, ou presque, avec les chats adultes (65,8 % “stable” et 34,2 % “instable”). C’est à peu de chose près les mêmes proportions retrouvées chez les êtres humains et les chiens. Au regard de ces résultats, même si les chats ont la réputation de “faire leur vie” dans se soucier des autres, « la majorité sont tout de même fermement attachés à leur propriétaire et les utilisent comme source de sécurité », conclus Kristyn Vitale.

Pour la chercheuse, en plus de la curiosité scientifique, ces travaux pourraient peut-être également inciter davantage de personnes à vouloir adopter des chats. Depuis 2008 par exemple, sur les 30 000 animaux adoptés en moyenne chaque année dans le réseau SPA français, 16 000 sont des chiens et 13 000 sont des félins. Le fait de savoir que ces derniers ne sont pas aussi “détachés” qu’ils n’y paraissent pourrait éventuellement permettre de rééquilibrer la balance.

Articles liés :

Vous êtes allergique aux chats ? Ce ne sera bientôt plus un problème

En Australie, les chats tuent 2 milliards d’animaux par an

Comment nous avons transformé le cerveau des chiens