in ,

Les champs magnétiques impactent les cellules de notre corps !

Crédits Sophie & Cie/Flickr, CC BY-SA

Des chercheurs français et américains ont mené une étude ayant permis d’affirmer que les champs magnétiques faibles pouvaient engendrer un stress oxydant, à savoir un type d’agression des constituants des cellules. Comment cela est-il possible ?

De nos jours, la pollution électromagnétique est omniprésente – 4G, WiFi, lignes électriques, antennes relais, etc. – et ses impacts sont source de débats au sein de la communauté scientifique. En effet, le potentiel rôle nocif des champs électromagnétiques revient souvent, alors que ces ondes – champs électromagnétiques pulsés (PEMF) – sont également utilisées dans le cadre de traitements, par exemple en ce qui concerne les douleurs chroniques. Quant à la stimulation transcrânienne magnétique, certains hôpitaux y ont recours pour traiter la dépression.

En ce qui concerne les champs magnétiques faibles, ces derniers sont incapables d’exciter les neurones. De ce fait, des chercheurs du CNRS et de l’Université de Cincinnati (États-Unis) ont tenté de savoir s’il n’y avait pas un impact sur les cellules, comme l’indique la publication du 2 octobre 2018 dans la revue PLOS Biology.

Les chercheurs se sont intéressés aux cryptochromes (CRY), des protéines magnéto-sensibles présentes chez les oiseaux migrateurs, qui permettent à ces derniers de se diriger en fonction du champ magnétique terrestre. Or, ces protéines sont également présentes chez les mouches, les plantes ou encore les humains.

Les résultats – issus de tests pratiqués sur des cellules humaines – ont permis de comprendre que l’exposition répétée à des champs magnétiques faibles causait une augmentation de l’accumulation d’espèces réactives de l’oxygène (ERO). Celles-ci sont responsables du stress oxydant ainsi que du vieillissement prématuré des cellules ! Ainsi, la réponse des cellules face aux champs magnétiques va de pair avec la présence de cryptochromes. Les chercheurs ont expliqué dans un communiqué que le mécanisme de production des espèces réactives de l’oxygène pouvait à la fois expliquer les effets positifs – à des doses modérées – et négatifs – au quotidien – de ces mêmes champs magnétiques.

Sources : Science DailyFutura Sciences

Articles liés :

Cette application vous permet de mesurer votre exposition aux ondes électromagnétiques

Si vous possédez l’un de ces smartphones, sachez qu’ils émettent trop d’ondes électromagnétiques !

Suisse : un refuge face aux ondes électromagnétiques