in

Les champignons hallucinogènes seraient 4 fois plus efficaces que les antidépresseurs

Crédits : gailhampshire / Wikipedia

Une nouvelle étude s’est intéressée à la psilocybine, une substance présente dans les champignons hallucinogènes. Selon les résultats, ces champignons seraient quatre fois plus performants que les actuels antidépresseurs. S’il s’agit là d’une étude à petite échelle, d’autres recherches antérieures ont mené à des conclusion similaires.

Des résultats très encourageants

Dans une étude parue dans la revue JAMA Psychatry le 4 novembre 2020, des chercheurs de l’Université Johns-Hopkins (États-Unis) ont fait part de leurs derniers travaux portant sur l’utilisation de la psilocybine, la substance conférant aux champignons hallucinogènes leur propriétés psychédéliques. Ils ont en effet observé une rapide et importante réduction des symptômes face à des formes de dépression sévère.

Les chercheurs ont réuni 24 patients présentant des symptômes dépressifs persistants durant les deux dernières années. Selon les résultats, 71 % des volontaires ont observé une réduction de plus de moitié des symptômes de dépression après quatre semaines. Par ailleurs, l’étude a considéré que 54 % des patients étaient en phase de rémission après un mois.

L’ampleur de l’effet que nous avons observé était environ quatre fois plus grande que ce que les essais cliniques ont montré pour les antidépresseurs traditionnels sur le marché“, a déclaré Alan Davis co-auteur de l’étude dans un communiqué.

champignon magique
Crédits : gailhampshire / Wikipedia

La confirmation d’un traitement à base de champignons ?

Cette étude doit être considérée avec prudence. En effet, la faible taille de l’échantillon se conjugue avec une absence de comparatif placebo. Cependant, d’autres études se sont elles aussi intéressées aux possibilités de cette substance en psychiatrie durant la dernière décennie. Cela étaye donc son efficacité comme traitement contre l’anxiété et la dépression.

En 2017, des chercheurs Britanniques avaient en effet également mené une étude sur une vingtaine de patients. Selon eux, la psilocybine pourrait apporter un coup de pouce temporaire chez les personnes afin de se sortir de leur état dépressif. En août 2020, les autorités sanitaires canadiennes ont approuvé l’utilisation de la psilocybine chez quatre patients en soins palliatifs. C’est la première fois que des personnes pourront consommer cette substance psychotrope légalement dans le pays depuis son interdiction il y a plus de 45 ans.

Enfin, il faut savoir que la psilocybine est explorée dans d’autres cas. En 2015, l’Université Johns Hopkins avait mené une étude indiquant que la psilocybine pouvait faciliter l’arrêt du tabagisme. La même année, d’autres recherches menées cette fois par l’Université de Colombie-Britannique (Canada) apportaient une conclusion similaire dans le cas de la consommation d’alcool.