in

Les cafards ont, eux aussi, une personnalité

Crédits : Kasya / Pixabay

Une étude réalisée par des chercheurs bruxellois est venue mettre en évidence un fait étonnant : les cafards seraient doués d’une personnalité propre. Si certains individus présenteraient davantage un caractère « timide », d’autres seraient au contraire plus « audacieux ». Explications.

Voici une découverte qui pourrait freiner nos ardeurs la prochaine fois que nous viendra l’envie d’écraser un insecte jugé un peu trop envahissant. En effet, des travaux menés par des chercheurs de l’université Libre de Bruxelles ont démontré que les cafards avaient, tout comme nous, des traits de personnalité variables en fonction des individus.

Les cafards peuvent se montrer « timides » ou « aventureux »

Dans leur étude publiée dans la revue Proceedings of the Royal Society B, les scientifiques ont expliqué avoir étudié la façon dont ces insectes cherchaient à s’abriter lorsqu’ils étaient placés, en collectivité, dans un espace soumis à une lumière vive. Pour ce faire, ils ont utilisé 304 cafards mâles, tous âgés de 4 mois, qu’ils ont équipés de mouchards afin de suivre avec précision leur déplacement. Après les avoir libérés par groupes de 16 dans un enclos, les chercheurs ont mesuré le temps que chaque individu passait à trouver un abri ou à explorer l’environnement.

Selon les scientifiques, si tous les cafards avaient la même personnalité, aucune différence de comportement ne devrait être observée entre des individus soumis à une même situation. Or, les résultats de cette expérience ont montré exactement l’inverse. En effet, comme l’explique Isaac Planas Sitjà, l’un des auteurs de l’étude, si certains cafards « timides ou prudents » se sont empressés de trouver un abri, d’autres, plus « audacieux » ont passé davantage de temps à explorer leur environnement.

Un avantage évolutif

L’existence de plusieurs types de personnalité est un atout majeur pour l’espèce puisque l’adoption de comportements différents lors d’une situation dangereuse augmente la probabilité que certains individus puissent s’en sortir. De même, le caractère aventureux de certains cafards, qui n’hésiteront pas à explorer leur environnement, augmentera les chances de trouver des sources de nourriture qui serviront à assurer la survie de l’ensemble de la colonie.

Notons toutefois que la pluralité des attitudes a tendance à s’atténuer avec le temps sous l’influence d’un « effet de groupe ». Ainsi, à l’issu des trois heures que représentait chaque session, l’ensemble des cafards s’était finalement résolu à trouver un abri.

Sources : Sciences & AvenirSlate