in

Les blancs ont du mal à percevoir les émotions sur le visage des personnes noires

Crédits : Pixabay

Une étude, signée de chercheurs de l’Université de Grenade (Espagne), révèle que les personnes à la peau blanche semblent avoir du mal à distinguer les émotions sur le visage des personnes à la peau noire.

Plusieurs actes de violence impliquant des personnes “blanches” s’attaquant violemment à des personnes “noires”, aux États-Unis, ont mené des chercheurs à étudier les possibles raisons de ce problème. Se pourrait-il, par exemple, qu’une différence de couleur puisse entraîner des difficultés à reconnaître les signaux faciaux permettant de reconnaître les émotions des autres ? Nous savons en effet que cette capacité est essentielle pour une espèce aussi sociale que la nôtre. Lorsque l’identification émotionnelle avec autrui est limitée, la communication devient plus compliquée. La peur s’installe alors, menant potentiellement à des actes tragiques et répréhensibles.

Des études précédentes ont déjà montré que les blancs, aux États-Unis, avaient tendance à percevoir les expressions des noirs comme étant plus énervantes que les autres. Les chercheurs ont ici voulu déterminer si des biais similaires pouvaient se manifester lors de l’identification d’expressions d’émotions positives. Pour le savoir, une équipe de chercheurs de l’Université de Grenade a mené des expériences impliquant 425 participants. Ils ont publié leurs travaux dans le Journal of Personality and Social Psychology.

Biais d’identification

Plusieurs groupes ont été formés. Dans une expérience, toutes les personnes étaient blanches, dans une autre, elles étaient toutes noires. D’autres expériences ont également mêlé des personnes à la peau noire et blanche. Dans tous ces tests, les chercheurs ont montré aux participants les visages souriants de personnes blanches ou noires. Le but : évaluer le niveau de bonheur qu’ils percevaient sur les images. Certains visages affichaient un sourire sincère, quand d’autres étaient forcés.

Les chercheurs ont alors découvert que les noirs n’avaient aucun mal à faire la différence entre le sourire sincère et le sourire factice affiché par les visages noirs ou blancs. En revanche, les blancs avaient plus de difficultés à déceler les véritables émotions affichées sur les visages des personnes à la peau noire. Partant de ce constat, les chercheurs ont tenté de comprendre pourquoi. En analysant le regard des personnes blanches, ils ont alors découvert que la plupart ne regardaient pas les personnes à la peau noire dans les yeux.

noire blancs
Les blancs ont du mal à percevoir l’émotion sur le visage des noirs. Ici Rosa Rodríguez Bailón. Professeure, Département de psychologie sociale de l’Université de Grenade. Crédits : Université de Grenade.

L’importance du regard

« En utilisant un équipement de suivi du regard, nous avons montré que prêter attention aux yeux des personnes nous permettait également de détecter des caractéristiques importantes de notre perception et de notre vision dans la manière dont nous formons nos impressions sur les autres, telles que la distinction entre des émotions authentiques ou fictives », explique Rosa Rodríguez Bailón, principale auteure de l’étude. Notons que suite à ce constat, il a été demandé aux personnes blanches de se focaliser plus sérieusement sur les yeux des personnes noires. Résultat : les problèmes de perceptions des émotions avaient disparu.

La première impression façonnant bien souvent le reste de la relation, cette étude nous montre une fois de plus à quel point il est important de prêter attention au regard des individus lors de nos interactions. « En nous concentrant sur le regard d’une personne, il est plus probable que nous évitions certains des effets les plus néfastes de la méfiance et du manque d’identification que nous ressentons envers des personnes appartenant à des groupes autres que le nôtre », note la chercheuse.

Source

Articles liés :

Une étude l’affirme, le « racisme » n’est pas inné

Le ghosting : simple, radical, et humiliant

« Il n’existe aucune race de chiens dangereux » explique une spécialiste