in

Les australopithèques utilisaient leur mains comme nous il y a plus de deux millions d’années

Crédits : Profberger / Wikipédia

Des chercheurs de l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutionniste ont déterminé que les australopithecus africanus qui vivaient en Afrique il y a 3 millions d’années utilisaient déjà leurs mains d’une façon similaire aux humains modernes.

Comparés aux autres singes, nous utilisons nos mains d’une façon très différente. Tenir fermement un objet entre le pouce et un autre doigt est par exemple une aptitude typiquement humaine. Les changements de morphologie qui nous ont permis d’utiliser nos doigts ainsi ont été apportés par l’abandon de la vie arboricole, et par la fabrication d’outils, qui ont façonné nos corps il y a plusieurs millions d’années.

Pour savoir comment les australopithèques — dont le genre s’est éteint il y a un million d’années — pouvaient bien tenir les objets, les paléontologues ont examiné les os de leurs pouces, et plus précisément le premier métacarpe. Ils se sont penchés sur la trabécule, cette partie des os constituée de filaments rigides. Cette structure a la particularité de se remodeler au cours de la vie en fonction des contraintes qui sont exercées dessus. Elle peut donc garder la trace de certains comportements de son propriétaire.

En comparant ainsi les os des mains de chimpanzés, d’humains modernes et d’australopithecus africanus, les chercheurs ont réussi à montrer que les australopithèques se sont engagés dans la fabrication et l’utilisation d’outils plus tôt qu’on ne le pensait. Les os des australopithèques ont en effet une forme plus proche de ceux des humains modernes que de ceux des chimpanzés, qui ont gardé des mains similaires à celles de notre dernier ancêtre commun. Ce sont plus précisément les trabécules qui ont permis de le prouver. Leur forme montre que les propriétaires des os en question avaient l’habitude de saisir des objets entre les bouts de leurs doigts, un comportement indicatif de l’usage d’outils.

Avec les preuves de plus en plus nombreuses qui indiquent que les australopithèques mangeaient déjà de la viande, il devient clair que certains comportements humains sont bien plus anciens qu’on ne le pensait, et surtout que nos ancêtres étaient déjà remarquablement intelligents.

Source : Science