in ,

En Angleterre, l’entrée d’un terrier de lapin mène… à une grotte qu’utilisaient les templiers

Dans la campagne du Shropshire, dans l’ouest de l’Angleterre, l’entrée d’un terrier de lapin dans le champ d’un agriculteur conduit à un réseau de grottes semble-t-il creusé par les Templiers il y a 700 ans.

Dans le champ d’un agriculteur près de la ville de Shifnal, dans le Shropshire (ouest de l’Angleterre), l’entrée d’un terrier de lapin a donné lieu à une découverte incroyable il y a quelques années : celle d’un réseau de grottes. Beaucoup pensent que ce réseau a été construit il y a 700 ans par les Templiers, un ordre religieux médiéval.

Deux croix gravées, un symbole de l’Ordre, semblent indiquer cette fonction et l’origine de ces caves. Le fermier à qui appartient le champ s’est lassé des nombreuses allées et venues des archéologues amateurs ou des adeptes de rituels de magie noire et a donc fermé l’accès au site en 2012. Malgré quelques dégradations dues à ces différentes visites, le sanctuaire souterrain est en grande partie intact.

Le photographe britannique Michael Scott a obtenu l’autorisation du propriétaire de photographier ce lieu somptueux, et ce, à la seule lueur de bougies afin de reconstituer l’atmosphère qui y régnait il y a des siècles. « C’est tout à fait étroit et petit, dedans, je devais m’accroupir et l’atmosphère y est étonnamment silencieuse et très sèche », déclare-t-il en estimant l’endroit « mystérieux et somptueux » au Telegraph.

L’Ordre du Temple fondé en 1139 par Innocent II a été un acteur essentiel de la guerre sainte et des croisades. En 1307, le roi de France Philippe Le Bel, a fait procéder à l’arrestation massive des Templiers avec le consentement du pape Clément V. Quant à leur légendaire trésor, disparu avec l’Ordre, il n’a jamais été découvert.

Quelques photos des lieux :

L’entrée du terrier de lapin qui a mené à la découverte. Crédit photo : Michael Scott/Caters
Une partie du réseau éclairé à la lueur des bougies. Crédit photo : Michael Scott/Caters
Un partie de grotte ayant subi des dégradations, mais tout de même bien conservée. Crédits photo : Michael Scott/Caters