in

Des lentilles de contact pour diffuser les médicaments directement dans les yeux

Crédits : iStock

Pour les patients souffrant de glaucomes, s’administrer soi-même les différents traitements, notamment les gouttes, est souvent compliqué. Un ophtalmologue et son équipe sont parvenus à mettre au point une lentille de contact, laquelle serait capable de diffuser lentement le traitement dans les globes oculaires de ces patients.

Les lentilles de contact pourraient prochainement avoir une autre fonction en plus de leur seule fonction actuelle. En effet, selon une étude publiée ce lundi dans la revue Ophtalmology, les lentilles de contact pourraient également servir à la diffusion de traitements pour les patients souffrant de glaucomes et qui peinent souvent à s’auto-administrer leurs traitements, notamment les gouttes.

L’idée n’est pas nouvelle, seulement les chercheurs étaient jusque-là confrontés à un obstacle majeur, la mise au point d’une lentille qui délivre les molécules actives de manière progressive, et non pas en une seule fois dès le contact entre la lentille et la cornée. C’est justement sur cet obstacle que s’est concentré l’ophtalmologue Joseph B. Ciolino de l’Hôpital de l’œil et de l’oreille du Massachusetts, lequel semble être parvenu à mettre au point un traitement à diffusion lente.

Avec son équipe, l’ophtalmologue a réussi à développer une lentille recouverte d’une couche de latanoprost, un médicament pour le glaucome généralement administré sous forme de gouttes ophtalmologiques, qui est là réparti sur le pourtour de la lentille. Des polymères à dissolution lente permettent de ne pas administrer les molécules actives en une seule fois, mais de manière progressive et uniforme, comme ce fut le cas dans les yeux des quatre singes qui ont servi de sujets pour l’étude.

Grâce à un tel dispositif, on pourrait améliorer la prévention et la gestion de l’administration des traitements pour les maladies ophtalmiques, en supprimant un certain nombre de freins pour les patients qui souffrent de ces maladies. Ceux-ci se plaignent souvent des douleurs lors de l’administration de gouttes, ou encore oublient de mettre ces dernières à intervalle régulier. « Si nous pouvons régler le problème de non-observance du traitement, nous pourrions éviter la cécité à des millions de patients victimes d’un glaucome« , explique Joseph B. Ciolino.

Source