in

LEGO échoue depuis plusieurs années à produire des pièces en plastique végétal

Crédits : Wikimedia Commons

La célèbre société LEGO à l’origine du jeu de construction du même nom désire trouver un moyen de rendre la fabrication de ses pièces plus respectueuse de l’environnement. Il est question de concevoir un plastique à base de végétaux, mais le fait est que LEGO n’y parvient toujours pas, et ce malgré sept ans de recherches.

Des recherches vaines

Selon un article du Wall Street Journal publié le 12 juin 2019, la société LEGO basée au Danemark tente depuis 2012 de mettre au point un plastique à base de végétaux. Malheureusement, les chercheurs n’ont pas encore trouvé le matériau idéal. Ces derniers sont par exemple passés par un matériau à base de blé, mais les couleurs n’étaient pas uniformes. Il a été également question d’un plastique à base de maïs, malheureusement trop mou.

Avant d’entreprendre la création d’un plastique végétal, LEGO avait tenté d’explorer la piste du plastique recyclé. Cependant, cette éventuelle solution a été abandonnée car visiblement trop compliquée à mettre en œuvre. Afin d’obtenir son plastique végétal, LEGO a tout de même investi 150 millions de dollars dans la recherche et s’est donné une date limite – à savoir 2030.

LEGO s’est donné jusqu’à 2030 pour mettre au point un plastique végétal adapté à son cahier des charges
Crédits : Marco Verch Professional Photographer/Flickr

Des exigences pour fabriquer les pièces

Le fait est que depuis le début de ses recherches, LEGO a testé 200 associations de matériaux. Or, seulement 2 % des pièces pourraient être produites avec un de ces matériaux. Malheureusement, il s’agit là d’une goutte d’eau puisque la marque vend pas moins de 50 milliards de pièces chaque année !

Il faut savoir que LEGO a un cahier des charges très strict dans le cadre de la production de ses pièces. Par exemple, les briques doivent s’emboîter fermement les unes aux autres, mais également se démonter facilement. Or, un des matériaux mis au point changeait la façon dont s’emboîtaient les pièces. Par ailleurs, ces dernières doivent garder leur couleur, résister à une certaine température et avoir une bonne résistance aux chutes et autres chocs.

De plus, les pièces ne doivent pas être biodégradables puisque leur durée de vie doit être de plusieurs décennies. Il incombe également qu’elles ne contiennent aucun produit chimique pouvant rendre les enfants malades. Évidemment, tous ces prérequis font que LEGO éprouve toutes les difficultés du monde à mettre au point un plastique végétal satisfaisant.

Source

Articles liés :

Il crée une machine en Lego capable de fabriquer des avions en papier

Ils ont téléchargé le cerveau d’un ver dans un robot en Lego

Le système solaire en LEGO, ou presque !

Notez cet article