in

L’éducation sexuelle en réalité virtuelle, bonne ou mauvaise idée ?

Crédits : capture vidéo / BaDoinkVR

L’éducation sexuelle est peu évoquée dans certaines familles et les jeunes ne trouvent pas forcément leur compte dans un cadre scolaire. Certains d’entre eux se tournent alors vers la pornographie, mais cette dernière n’est pas appropriée. Il y a quelque temps, un site pornographique a lancé une plateforme d’éducation sexuelle. Que faut-il en penser ?

La VR pour “éduquer”

Rappelons tout d’abord que l’éducation sexuelle a pour objectif d’informer sur la sexualité et concerne de nombreux points. Il peut s’agir de l’aspect reproductif, des pratiques, des maladies ou encore des notions de sentiment, de respect et de consentement. Les deux sphères où l’éducation est dispensée sont le cercle familial et l’école. Toutefois, certains jeunes se tournent tout de même vers la pornographie. Malheureusement, celle-ci peut véhiculer de fausses impressions et engendrer de mauvais comportements et habitudes.

En 2016, le studio BaDoinkVR a lancé une plateforme dédiée à la “virtual sexology” (sexologie virtuelle). Autrement dit, il est question de cours d’éducation sexuelle en réalité virtuelle (VR). Pour l’instant, la plateforme comporte seulement deux vidéos dédiées aux femmes. Toutefois, le studio a évoqué son intention de créer du contenu pour homme.

Ces deux vidéos, intitulées Virtual Sexology I et II, mettent en scène des acteurs pornographiques. L’objectif ? Permettre aux femmes de s’épanouir de manière discrète, à l’abri des regards. La première vidéo est présentée comme un programme de thérapie sexuelle. L’actrice commence par des exercices de respiration avant de passer à des choses disons plus sérieuses. Au fur et à mesure, des “conseils” sont prodigués par une voix off. Dans la seconde vidéo, il est question d’une approche pratique pour découvrir l’autonomisation sexuelle des femmes.

education sexuelle
Crédits : capture vidéo / BaDoinkVR

Peut-on vraiment parler d’éducation ?

Ces vidéos en réalité virtuelle (seulement en anglais) sont téléchargeables gratuitement et auraient été produites par des sexologues (impossible à vérifier). Dés la sortie de ces contenus, certaines personnes ont protesté puisqu’il est question d’acteurs pornographiques. Or, lorsque l’on pense à l’image de cette industrie et certaines dérives qui lui sont relatives, difficile d’imaginer pouvoir parler d’éducation.

En revanche, l’éducation sexuelle telle que nous la connaissons commence assez tôt. Or, le fait est que le contenu de BaDoinkVR est clairement destiné à des adolescents et des adultes. De plus, les questions relatives aux sentiments, aux maladies ou encore à l’aspect reproductif ne sont pas abordées. Il semble que ces vidéos ont simplement pour objectif de mettre à l’aise les personnes concernant le passage à l’acte.

Toutefois, chacun se fera son opinion. Il semble quand même que visionner ces vidéo en VR est moins “dangereux” pour les jeunes que de regarder un film pornographique disons classique. Néanmoins là encore, il faut considérer la multitude des pratiques sexuelles – et des contenus qui s’y rapportent – ainsi que l’attitude des acteurs et le ressenti des utilisateurs.

Source

Articles liés :

Le premier porno filmé à bord d’une Tesla en pilotage automatique ?

La Chine interdit l’ASMR, une pratique jugée “pornographique”

Varenyky, le malware qui vous espionne – et vous filme – lorsque vous allez sur les sites porno