in

Si votre enfant est en échec scolaire, il se pourrait que ce soit la faute de votre chat

Crédits : Pexels / Pixabay

Mauvaise note et manque de concentration à l’école, et si c’était la faute de votre chat? Un parasite se trouvant généralement sur ce dernier affaiblirait les capacités cognitives des humains, selon une nouvelle étude.

L’étude américaine, publiée dans Parasitology, aurait trouvé la raison de l’échec scolaire de nombreux enfants : un parasite à l’origine de la toxoplasmose, une maladie infectieuse. Il se trouve dans les excréments de chats et peut se transmettre par le nettoyage de la litière, par exemple, mais peut également infecter un humain s’il mange de la viande pas assez cuite ou des fruits et légumes non lavés.

Le parasite toucherait environ un tiers de la population mondiale et près de 45 % d’adultes en France, mais ne présente pas de symptôme particulier : il se retrouve dans les cellules du cerveau et des muscles. Selon cette nouvelle étude, il influencerait les capacités cognitives des jeunes : l’apprentissage de la lecture ou la mémorisation seraient altérés.

Les chercheurs, de l’université de l’Iowa et de l’université internationale de Floride, ont soumis 1 755 jeunes entre 12 et 16 ans à des tests cognitifs. 135 d’entre eux étaient atteints de la toxoplasmose. Un lien a alors été établi entre ceux dont les capacités d’apprentissage étaient restreintes et ceux qui étaient infectés.

Les jeunes touchés par le parasite avaient plus de difficultés lors des tests de lecture et de mémorisation : en moyenne, — 7 % chez les garçons et — 11 % chez les filles que chez les adolescents sains. Le calcul et la logique n’ont cependant pas été altérés par la présence du parasite.

Mais une faible concentration de vitamine E chez les enfants infectés pourrait aussi avoir affecté leurs capacités cognitives. Les scientifiques précisent : « Des essais cliniques sont nécessaires pour confirmer les effets de la Vitamine E dans l’amélioration de la déficience cognitive liée à ce parasite ».

Sources : Libération, Metronews, Top Santé.