in

L’eau est partout dans l’Univers, mais est-elle forcément synonyme de vie ?

Crédits : iStock

Comment interpréter l’abondance de l’eau dans l’univers ? Et si la vie était en fait une chose courante qui peut apparaître dans des conditions bien plus exotiques que celles que nous connaissons sur Terre ? Et si nous n’étions finalement pas seuls dans notre propre système solaire ? C’est à cette question qu’ont tenté de répondre plusieurs intervenants hier lors d’une table ronde à la Sorbone.

On a longtemps considéré la vie comme un petit miracle terrestre, un accident isolé dans l’immensité du cosmos. Or, les avancées en termes de connaissances tant en astrophysique ou en physique fondamentale qu’en chimie nous ont montré que l’eau était finalement assez abondante dans l’Univers, qu’elle soit glacée ou même liquide et à des endroits pourtant très éloignés du soleil. Partant de ce principe vérifié, on se pose intuitivement la question suivante : et si la vie était en fait abondante dans l’Univers, voire même, dans le Système solaire ?

Plusieurs intervenants se sont réunis hier à la Sorbone, à Paris, lors d’une table ronde relayée par France-Culture pour tenter de répondre à ces questions existentielles comme Caroline Freissinet, chercheuse CNRS en astrochimie, Francis Rocard, astrophysicien responsable des programmes d’exploration du système solaire au CNES et Aurélien Barrau, professeur à l’université Joseph Fournier et chercheur au laboratoire de physique subatomique et de cosmologie du CNRS.

Au cours de cette émission, Caroline Freissinet reviendra notamment sur le cas de Mars, la petite sœur de la Terre soupçonnée d’avoir accueilli la vie il y a entre 3,5 et 4 milliards d’années, l’époque durant laquelle la vie s’est formée sur Terre. On sait notamment que le cratère Gale où progresse actuellement le rover Curiosity accueillait à cette époque lointaine un lac profond d’eau douce au pH relativement neutre. « De l’eau potable, comme nous dit notre chef de mission » plaisantera la chercheuse qui reviendra également sur les cas fascinants d’Europa et Encelade, les deux lunes les plus importantes du Système solaire qui sont susceptibles d’abriter la vie.

Francis Rocard reviendra sur les propriétés physico-chimiques extraordinaires de l’eau qui maximise les réactions chimiques sous forme liquide. Les chercheurs poseront également la question de cet anthropocentrisme qui suggère que la vie ait nécessairement besoin d’eau et de carbone, en abordant notamment la question de la vie à base de silicium suite aux récentes découvertes de lacs et rivières méthaniques repérées sur Titan, la lune de Saturne.

Nous vous invitons à (ré) écouter ci-dessous cette émission passionnante et instructive pour en savoir plus sur les dernières avancées en la matière ou directement sur le site de Franceculture.