in

Le vaccin contre le Covid-19 pourrait ne jamais arriver

Crédits : TheDigitalArtist/Pixabay

Si les recherches pour trouver un vaccin suivent leur cours, la communauté scientifique reste prudente. Celle-ci rappelle l’éventualité que personne ne parvienne à mettre au point la bonne formule pour un tel vaccin. Certaines difficultés freinent les recherches, et ceci serait en partie dû au fait que le Covid-19 est particulier par rapport aux autres coronavirus.

Rien de certain au sujet du vaccin

Parmi les recherches actuelles concernant l’élaboration d’un vaccin contre le Covid-19, celle de l’Université d’Oxford (Royaume-Uni) a récemment retenu l’attention. En effet, les chercheurs ont déjà élaboré une formule et mènent actuellement un test clinique sur des humains. Selon les porteurs du projet, le vaccin pourrait être mis sur le marché d’ici septembre 2020 si tout se passe bien.

Toutefois, cet élan d’optimisme n’empêche pas la communauté scientifique de se montrer prudente. Dans un article publié par The Guardian le 22 mai 2020, un éminent spécialiste britannique de la grippe s’est exprimé sur la question. Il s’agit de Jonathan Van-Tam, médecin-chef adjoint pour l’Angleterre depuis 2017.

« Nous ne pouvons pas être sûrs d’obtenir un vaccin » a-t-il déclaré.

seringue piqure vaccin
Crédits : Pixabay / jochenpippir

Le vaccin pourrait manquer d’efficacité

Le spécialiste rappelle l’absence d’un vaccin contre le VIH, alors que des chercheurs ont isolé le virus pour la première fois il y a trois décennies. Citons aussi le virus de la dengue, isolé en 1943 mais ayant fait l’objet d’un vaccin seulement en 2019. En réalité, le vaccin le plus rapidement élaboré n’est autre que celui contre les oreillons, et cela a tout de même nécessité quatre années de recherche !

Toutefois, les épidémies de coronavirus SARS (2003) et MERS (2012) ont permis d’avancer dans la recherche de vaccins. Ceci pourrait donc être bénéfique pour la recherche contre le Covid-19. Néanmoins, il incombe d’en apprendre davantage sur ce coronavirus. La plus grande préoccupation concerne le fait qu’être atteint par le virus ne permet pas une longue immunité après la guérison.

Autrement dit, la réponse immunitaire serait brève et les personnes pourraient être assez rapidement réinfectées en raison d’une faible production d’anticorps. Or, ceci questionne grandement les chercheurs sur l’efficacité réelle d’un vaccin. En effet, si un vaccin ne protège les individus qu’une seule année, il y a de grandes chances que nous n’ayons pas le choix que de vivre encore longtemps avec le Covid-19.

Des mutations potentiellement gênantes

Il faut savoir que la stabilité génétique du Covid-19 est également très importante. Rappelons tout de même que les virus responsables de la grippe saisonnière mutent rapidement, si bien que les chercheurs doivent souvent élaborer de nouvelles formules de vaccin. Quant au VIH, celui-ci évolue rapidement et ceci incarne la principale raison de l’absence de vaccin après toutes ces années.

Jusqu’à aujourd’hui, le Covid-19 est assez stable mais, à l’instar des autres virus, ce dernier subit naturellement des mutations. Or, certaines mutations concernaient les protéines en pointe du virus, particulièrement visées par les vaccins. Autrement dit, une mutation trop importante rendrait obsolètes les anticorps produits par le vaccin. Ceux-ci ne pourraient pas se lier au virus afin de prévenir de façon efficace l’apparition de la maladie.