in

Le trou noir de notre Voie Lactée a mangé quelque chose

Crédits : NASA/CXC/Stanford/I. Zhuravleva et al.

Le télescope spatial Chandra a détecté la plus importante émission de rayons X jamais observée en provenance du trou noir supermassif qui occupe le centre de la Voie Lactée.

Sagittarius A* est un monstre de 4,5 millions de fois la masse du Soleil. Alors que le télescope Chandra était pointée vers le centre de la galaxie, afin d’observer comment il allait régir au passage d’un nuage de gaz dont nous avions déjà parlé, G2. De violentes émissions de rayons X ont été observées le 4 septembre 2013, alors que le nuage était encore très éloigné du trou noir. Elles étaient 400 fois plus intenses que les émissions habituelles du trou noir, et 3 fois plus intenses que le record précédent, observé en 2012.

G2 ne semble pas impliqué dans cette émission. Il était en effet à 25 milliards de kilomètres du trou noir au moment de l’éruption. Le trou noir a rayonné de façon très intense pendant plusieurs heures, et les astrophysiciens qui l’observent ont quelques idées quant à l’origine de ces rayons X.

Une possibilité est que le trou noir ait fait un petit gueuleton. Il suffit qu’un astéroïde s’en soit approché d’un peu trop près pour qu’il ait été réduit en morceaux par les forces de marée. Ce phénomène a d’ailleurs un nom : la spaghettification : comme la l’attraction gravitationnelle dépend de la distance, elle va s’appliquer avec une intensité différente sur différents endroits d’un objet. Sur Terre, les forces de marées produites par la Lune entraînent simplement une montée de quelques mètres du niveau des océans. Mais à proximité d’un corps aussi massif et aussi dense qu’un trou noir, n’importe quel objet est réduit en poussière par les forces de marée.

Et plus d’être déchiqueté tout ce qui a la malchance d’aller nourrir un trou noir va être réduit à l’état d’un plasma très chaud. C’est ce plasma orbitant à grande vitesse qui nous permet de détecter les trous noirs et ce sont les rayons X qu’il produit que les astronomes chasseurs de trou noir détectent. Puis le plasma franchit l’horizon du trou noir. À partir de ce point, la gravitation est si forte que même la lumière ne peut pas s’échapper.

Un astéroïde qui serait passé un peu trop près de Sagittarius A* pourrait donc expliquer le sursaut observé en septembre 2013. Une autre explication possible est le réarrangement des lignes de champ magnétique, phénomène à l’origine des éruptions solaires.

Dans tous les cas, espérons que d’autres de ces évènements se présentent. Ce sont des occasions uniques de mieux comprendre la physique des trous noirs, objets qui n’ont commencé à être observés que très récemment.

Source : NASA

Illustration : NASA/CXC/Stanford/I. Zhuravleva et al.