in

Le Starship complète sa répétition générale avec succès

spacex starship
Crédit : Spacex

La fusée Starship entièrement assemblée de SpaceX a clôturé avec succès l’un de ses tests les plus importants : la répétition générale humide. Plus que jamais, la fusée de 120 mètres de haut se rapproche de sa première tentative de lancement orbital.

Un test étonnamment réussi

C’est la plus grande fusée jamais assemblée. C’est aussi la plus puissante. Au décollage, les 33 moteurs Raptor du lanceur produiront en effet jusqu’à 7590 tonnes de poussée, soit plus que n’importe quelle fusée de l’histoire, et de loin. Ce lundi 23 janvier, le Starship est également probablement devenu la fusée la plus lourde de tous les temps.

Dans le cadre de cette répétition générale humide, les équipes de SpaceX ont en effet ouvert les vannes, chargeant le vaisseau et son booster avec plus de 4860 tonnes d’oxygène et de méthane liquides en 90 minutes. Une fois complètement chargé, le poids combiné de la fusée et du propulseur dépassait probablement les 5000 tonnes. À titre de comparaison, les lanceurs Saturn V et N-1 pesaient environ 2800 tonnes à pleine charge, rappelle Teslarati. SpaceX a ensuite pu vider sa fusée et renvoyer le propulseur dans les réservoirs de stockage au sol environ quatre heures après le début du test.

A priori, tout s’est déroulé sans problème majeur, ce qui est assez rare pour un nouveau véhicule.

Ce succès tranche avec l’ancienne politique de SpaceX qui, dès 2018, avait donné la priorité à la vitesse d’exécution de ses tests, ce qui entraînait forcément beaucoup d’échecs. Les ingénieurs apprenaient alors de ces échecs pour améliorer sans cesse leurs productions. Le point culminant de cette stratégie a été la série de sept tests suborbitaux impliquant deux courts sauts de petits prototypes et cinq tentatives de lancement et d’atterrissage de prototypes avancés entre août 2020 et mai 2021. À la cinquième tentative, et après quatre échecs, le Starship s’était finalement posé avec succès et en un seul morceau.

Depuis quelques mois cependant, SpaceX privilégie une approche différente en matière de gestion des risques et d’ingénierie des systèmes. Les tests sont désormais plus prudents. Le succès de cette répétition générale est probablement le résultat de cette nouvelle stratégie. Ou alors SpaceX a simplement eu de la chance.

Premier vol orbital

Les équipes ont encore du travail pour préparer le Starship et son booster pour la première tentative de lancement orbital du lanceur. Le Booster Super Heavy doit encore effectuer un ou plusieurs tirs statiques supplémentaires. À cette fin, le vaisseau sera probablement décoiffé pour éviter tout risque inutile. Il sera ensuite replacé au-dessus de son booster une fois ces prochains tests réussis. Entre-temps, la société continuera de travailler avec la Federal Aviation Administration (FAA) pour finaliser la première licence de lancement orbital de la fusée.

Ce test pourrait avoir lieu dans un mois ou deux. Au cours de ce vol, le Starship fera un petit tour dans l’espace et viendra ensuite se poser au large d’Hawaii. L’ensemble de la mission devrait durer environ 90 minutes. Pour l’heure, il n’est pas prévu de récupérer le booster.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.