in

Le SLS a fait exploser les portes des ascenseurs de sa tour de lancement

Artemis 1 sls
Crédit : NASA/Joel Kowsky

La puissante fusée lunaire SLS (Space Launch System) de la NASA a fait sauter les portes des ascenseurs de la tour de lancement lors de son décollage inaugural la semaine dernière. Les dégâts restent mineurs, mais ces données seront prises en compte pour éviter que de tels événements ne se reproduisent.

Le 16 novembre dernier, près de 4 000 tonnes de poussée ont permis à la SLS – la fusée la plus puissante du monde jamais lancée avec succès – de viser la Lune. Bien que la mission se déroule pour le moment comme prévu, dépassant même les attentes de la NASA, les équipes au sol ont tout de même enregistré plusieurs dégâts causés par le lancement.

Comme pour les navettes spatiales, les équipes d’Artemis 1 ont utilisé d’importants jets d’eau pour limiter la quantité de dommages sur le pont de lancement. Malgré tout, la peinture de la tour de lancement a été quelque peu écaillée en raison de la force du décollage.

Par ailleurs, les ascenseurs permettant l’entretien de la tour ont subi d’importants dommages. L’un des cadres est complètement tordu, tandis que les deux portes ont été complètement arrachées. Les ascenseurs sont depuis inutilisables, mais ils restent réparables.

portes ascenseur tour de lancement sls artemis 1
Une image des ascenseurs du Launch Pad 39B, dont les portes ont été soufflées par le lancement d’Artemis. Crédit : NASA

Tout se passe mieux que prévu

Mis à part ces quelques soucis techniques, la mission semble se dérouler à merveille. Le responsable d’Artemis I, Mike Sarafin, a en effet évoqué des « résultats époustouflants« .

Les panneaux solaires d’Orion fournissent en effet plus de 20% d’énergie en plus que prévu, tandis que tous les propulseurs du vaisseau, de son moteur principal à son petit système de contrôle de réaction, fonctionnent parfaitement. Une inspection visuelle du véhicule, à partir de caméras montées sur les panneaux solaires, n’a également révélé aucun problème de débris de micrométéoroïdes.

Le vaisseau Orion a opéré sa première grande manoeuvre ce lundi matin. Celle-ci, qui visait essentiellement à accélérer la vitesse du vaisseau d’un peu plus de 900 km/h, a eu lieu ce lundi midi, amenant le vaisseau à moins de 130 kilomètres de la surface de la Lune.

orion
Une partie de la face cachée de la Lune capturée par Orion hier. Crédit : NASA

Cette première brûlure visait essentiellement à préparer l’insertion du vaisseau sur son orbite rétrograde le 25 novembre prochain. Au cours de cette seconde grande manoeuvre, le moteur principal d’Orion brûlera pendant un peu plus d’une minute. Ensuite, les équipes se chargeront de tester les différents systèmes à bord, dans le but de préparer Artemis 2.

Le véhicule passera à nouveau par la Lune le 5 décembre avant de brûler une fois de plus ses moteurs pour rentrer chez lui. Le retour sur Terre est prévu le 11 décembre au large de la Californie.