in

Le simple fait d’ouvrir une bouteille en plastique libère des milliers de microplastiques

Crédits : richardfoulon/Pixabay

L’ouverture de certains emballages peut contribuer à la libération de petites quantités de plastique dans l’environnement, montre une étude.

Les microplastiques – les morceaux qui mesurent entre 0,001 et 5 millimètres – sont de plus en plus abondants dans l’environnement. Nous savons qu’ils intègrent les mers et océans lorsque les plus gros objets se désagrègent, victimes du stress physique induit par le mouvement des vagues et le rayonnement solaire. En outre, des milliards de fibres plastiques (celles de nos vêtements lavés en machine) intègrent également le réseau trophique océanique après avoir échappé aux traitements des eaux usées.

Des microplastiques se trouvent également dans nos aliments et dans notre eau. Au cours d’une récente étude, des chercheurs ont démontré que de minuscules particules de plastique s’infiltreraient en effet dans les bouteilles pendant le processus d’emballage. Sur 250 produits testés au Brésil, en Chine, en Inde, en Indonésie, au Kenya, au Liban, au Mexique, en Thaïlande et aux États-Unis, 93 % étaient pollués au plastique.

L’eau du robinet est également concernée. Au mois d’août dernier, un rapport de l’OMS synthétisant les dernières connaissances sur le sujet, avait suggéré que ces microplastiques ne semblaient pas présenter de risques pour notre santé. Néanmoins, l’agence avait insisté sur la nécessité d’effectuer des recherches supplémentaires pour comprendre les réels effets à long terme du plastique sur le corps humain.

Tout ça pour dire que, de nos jours et de plus en plus, les microplastiques sont partout. Mais nous pourrions en réalité avoir sous-estimé encore davantage leur présence.

bouteille plastique
Crédits : Pixabay / congerdesign

La manipulation des emballages

Dans le cadre d’une récente étude, des chercheurs de l’Université de Newcastle (Australie) ont cherché à savoir si la manipulation de produits en plastique du quotidien pouvait ou non libérer des microplastiques dans notre environnement. Pour ce faire, ils ont coupé des bouteilles, dévissé des bouchons, ou encore déchiré différents types d’emballages.

En collectant et en mesurant les microplastiques ayant atterri en surface, les chercheurs ont alors constaté qu’en moyenne, 1 à 3 nanogrammes de microplastique (soit 1 400 à 7 500 pièces) étaient libérés à chaque ouverture de produit. L’équipe souligne par ailleurs que les véritables quantités libérées sont probablement encore plus élevées car de nombreux microplastiques sont chargés statiquement, et donc restent dans l’air.

Selon ces nouveaux travaux, le simple fait d’ouvrir une bouteille en plastique ou un paquet de chips peut donc effectivement saupoudrer des microplastiques dans notre environnement immédiat. Ces quantités sont infimes, mais compte tenu du nombre d’emballages manipulés quotidiennement, il ne fait aucun doute que ce processus contribue au problème de la pollution mondiale par le plastique.

Source

Articles liés :

Pourquoi les tortues mangent autant de plastique ?

Un petit crustacé découvert dans la fosse des Mariannes (avec du plastique dans le ventre)

Ils ont réussi à décomposer du plastique en produits chimiques utiles