in

Le SETI aidera la NASA à protéger le système solaire des contaminations

Illustration de la mission Europa Clipper, au-dessus de la lune Europe. Crédits : NASA

La NASA vient à nouveau de s’associer au SETI Institute. Le but : s’assurer que les missions actuelles et futures de l’agence américaine soient conformes aux normes de protection planétaire.

Protéger et nous protéger

Lorsque vous explorez une planète ou une lune doit se poser le problème de la contamination microbienne. Nos germes pourraient en effet potentiellement contaminer des zones susceptibles d’abriter une ou plusieurs formes de vie extraterrestre. Il est également à craindre que nos microbes agressifs ne suppriment tout un écosystème avant même que nous ayons eu la chance de le découvrir et de l’étudier.

À l’inverse, nous devons également protéger la Terre dans le cadre des retours de missions. Après tout, nous ne savons pas encore quels microbes pourraient exister sur Mars ou dans les panaches d’Europe. Ces organismes, si tant est qu’ils existent, pourraient alors potentiellement s’accrocher aux vaisseaux, survivre au voyage et pourquoi pas affecter la vie sur Terre.

Dès le début de l’ère spatiale, les chercheurs ont pris au sérieux ces différents types de menaces. La NASA a notamment été la première à évoquer, dès 1959, la nécessité de stériliser nos engins spatiaux. Il a donc été décidé au début des années 60 que toutes les missions d’exploration planétaire devaient adhérer à des normes de stérilisation.

Dès lors, un comité (COSPAR) a été mis en place, de manière à établir des recommandations et des protocoles conçus pour protéger l’espace de tout risque de contamination.

L’expertise du SETI

Le SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence) est essentiellement connu pour ses projets dont l’objectif est de détecter la présence de civilisations extraterrestres avancées dans d’autres systèmes.

Toutefois, il faut également savoir que ce groupe de chercheurs travaille depuis plus d’une décennie à protéger le système solaire des passagers clandestins microscopiques lors des missions de la NASA. Une étroite collaboration qui, a priori, semble partie pour durer encore quelques années.

La NASA vient en effet d’attribuer un nouveau contrat au SETI de manière à s’assurer que les missions américaines actuelles et futures soient conformes aux normes de protection. Dans cet esprit, l’Institut travaillera en étroite collaboration avec l’Office of Planetary Protection de l’agence.

Mars protection seti
Le SETI remporte un contrat pour protéger le système solaire des contaminations terrestres. Crédits : Kevin Gill/Flickr

Plusieurs missions ciblées

Il s’agira essentiellement de mettre en place de nouvelles normes en collaboration avec les entreprises travaillant pour la NASA dans le cadre des projets à venir.

On pense notamment à la mission Mars Sample Return, qui vise à ramener sur Terre des échantillons de roche martienne, ou à la mission Europa Clipper qui visitera la lune Europe, de Jupiter, au début des années 2030. L’Institut proposera également son expertise dans le cadre des prochaines missions en équipage sur la Lune (programme Artemis).

« Alors que nous retournons sur la Lune, recherchons des preuves de la vie passée ou présente sur Mars et poursuivons nos missions d’exploration et de découverte dans le système solaire, la protection planétaire devient un élément de plus en plus important de la planification et de l’exécution des missions, a déclaré Bill Diamond, président et PDG du SETI. Nous sommes fiers d’être le partenaire de la NASA pour cette fonction essentielle à la mission ».

Et d’ajouter : « nous aiderons à protéger la Terre contre toute forme de contamination, et aideront à garantir que la vie que nous pourrions trouver sur d’autres mondes ne vienne pas de la nôtre ».