in

Le secret des pyramides d’Égypte pourrait avoir été percé

Crédits : HypnoArt / Pixabay

S’il est un grand mystère de l’humanité et de notre monde, c’est bien celui sur les constructions des pyramides d’Égypte qui passionne toujours autant qu’il divise. Nombreuses sont les théories qui visent à expliquer ces prouesses antiques, mais aucune n’a jusqu’à présent été validée.

Ce mystère, Michel, un retraité de La Poste vivant en Normandie, et fasciné par l’Egypte Ancienne, pense l’avoir percé avec sa théorie, laquelle est saluée par les spécialistes. Comment il y a des milliers d’années, les Égyptiens ont-ils pu hisser des blocs de pierres aussi lourds (plusieurs tonnes) pour en faire des pyramides si parfaites? Sa théorie, sur laquelle il travaille, depuis une quarantaine d’années est la suivante : « Pour bâtir, il suffisait d’utiliser des rampes sur lesquelles on tirait des traîneaux chargés de pierres. L’astuce consistait à construire ces rampes en pierre plutôt qu’en briques, puis à transformer cette structure initiale en pyramide lisse » a t’il confié au quotidien Ouest France.

L’égyptologue amateur qui vit à Vernon, dans le département de l’Eure a mis du temps avant d’être pris au sérieux. Celui qui travaille sur un vieil ordinateur avec un logiciel de 3D gratuit est venu à bout de sa théorie en 2012. Ce n’est que très récemment, fin 2014 que ses travaux ont enfin été pris très au sérieux par plusieurs égyptologues confirmés, et son travail a même été publié dans une revue scientifique suisse.

Sa théorie qui implique l’utilisation de rampes n’est pas nouvelle, mais les précisions qu’il apporte au procédé, notamment dans l’intégration des rampes à la construction finale des pyramides sont prises au sérieux. C’est le cas avec trois égyptologues de renommée, Nabil Swelim, Claude Obsomer et Michael E. Habicht, persuadés que la théorie de notre égyptologue amateur est la bonne. Ils attendent désormais la confirmation d’une large communauté de spécialistes pour pouvoir affirmer si sa théorie elle l’est réellement, ou pas.