in

Le Royaume-Uni veut 30 000 robots pour se préparer à un éventuel conflit armé !

Crédits : PxFuel

Pour l’armée britannique, le risque qu’une troisième guerre mondiale éclate est bien réel. Or, ce risque serait plus grand en raison de l’actuelle crise économique mondiale en lien avec le coronavirus. Afin de s’y préparer, l’armée du Royaume-Uni veut 90 000 hommes et surtout 30 000 robots vers 2030.

Pas d’objectif définitif en termes d’effectif

Dans une interview donnée à Sky News le 8 novembre 2020, le général britannique Sir Nick Carter a fait une annonce importante. En effet, le ministère de la Défense du Royaume-Uni a révisé son projet quinquennal. Celui-ci a notamment mentionné l’arrivée de plusieurs dizaines de milliers de robots dans l’armée d’ici les années 2030. Actuellement, un drone i9 équipé de six rotors et deux fusils est en cours de développement. Pour Sir Nick Carter, ce type de drone aura pour but de soutenir les soldats humains pour des prises de bâtiments.

Le général a néanmoins souligné un point important : les robots n’auront aucune capacité létale et demanderont une intervention humaine en cas de besoin. En tout, l’armée du Royaume-Uni prévoit à terme de disposer de 120 000 soldats dont 30 000 robots (20 % des effectifs). Néanmoins, l’armée n’a fixé aucun objectif définitif, si bien que le nombre de robots pourrait encore augmenter.

drone
Crédits : JonasF / Pixabay

Une possible escalade des tensions

Le quotidien The Guardian a également relaté la nouvelle et mentionné les recherches de l’armée sur les drones. D’autres recherches concernent des véhicules terrestres et des sous-marins alimentés à distance. Or parmi tous ces robots, certains auraient seulement une fonction de reconnaissance tandis que d’autres seraient armés. Pour beaucoup, cette course à l’armement robotique a de quoi faire peur, notamment d’un point de vue juridique. C’est justement le cas de Stop Killer Robots, une coalition d’ONG visant à réduire le développement d’armes robotisées.

En cas de crime, qui sera responsable entre la machine elle-même, le programmateur, le fabricant et l’armée ? De toute manière, un cadre légal est difficile à mettre en place. Cette raison est d’ailleurs la principale poussant Stop Killer Robots à tout faire pour juguler le développement, la production et l’utilisation d’armes entièrement autonomes. De plus, avec de telles armes ayant potentiellement “droit” de vie ou de mort sur des humains, le monde franchirait un seuil moral. La difficulté réside visiblement dans l’incapacité des robots à faire des choix éthiques complexes tout comme les humains.

Sir Nick Carter a également évoqué une éventuelle escalade des tensions à l’échelle mondiale. La pandémie de Covid-19 a plongé le monde dans une crise économique d’ampleur, et ceci est source d’instabilité et d’incertitude pouvant potentiellement conduire à une nouvelle guerre mondiale. L’intéressé a aussi rappelé qu’une poignée d’autres pays développent actuellement des systèmes d’armes autonomes. Citons la Chine, les États-Unis, la Russie ou encore la Corée du Sud et Israël. Le général britannique craint toutefois que dans un avenir proche, le monde entier se lance dans une telle course aux armes robotisées.