in

Le réchauffement de l’Arctique : une menace pour de nombreux sites archéologiques

Crédits : CC0 / Public Domain.

Des résultats novateurs montrent que les sites archéologiques du Groenland sont déjà sensiblement affectés par le réchauffement climatique. Le carbone organique contenu dans ces archives uniques se voit dégradé par une activité bactérienne toujours plus marquée. Des pans entiers de l’histoire risquent ainsi d’être perdus de manière irréversible si aucune mesure de sauvegarde n’est entreprise.

Le réchauffement accéléré de la zone arctique a des conséquences bien connues comme la fonte de la calotte groenlandaise, le dégel du pergélisol ou le retrait massif de la banquise. Une dégradation de la cryosphère qui amplifie le réchauffement initial et contribue à la hausse du niveau des mers. Néanmoins, il ne s’agit là que des facettes les plus apparentes de ces changements.

Réchauffement et détérioration des sites archéologiques 

En effet, le dégel s’accompagne également de toute une myriade d’effets collatéraux, moins triviaux. L’un d’entre eux est la détérioration des sites archéologiques des régions polaires.

Leur localisation dans des zones au climat froid leur confère une capacité prodigieuse à préserver la matière organique. Ainsi, ils constituent des archives historiques uniques des civilisations humaines des derniers milliers d’années – migration, régime alimentaire, habitat, etc. De ce fait, leur dégradation actuelle et future se révèle être une lourde perte pour les archéo-sciences.

sites archéologiques au groenland
Localisation des 7 sites archéologiques mentionnés plus bas dans l’article (points rouges). En noir, les stations météorologiques – dont celle de Nuuk. Crédits : J. Hollesen & al. 2019.

Le mécanisme le plus délétère à l’œuvre est l’accélération de l’activité microbienne durant la saison de fonte. En effet, des températures plus chaudes et une pluviosité plus faible durant la période de dégel amplifient la dégradation de la matière organique. Des éléments clés comme le bois, les os, l’ADN ou encore la chair peuvent ainsi être endommagés – voire perdus.

Malheureusement, à l’heure actuelle on sait peu de choses sur la façon dont les 180 000 sites arctiques sont et seront affectés par le réchauffement.

Une étude préliminaire sur 7 sites groenlandais

Dans cette optique, une étude parue le 11 juillet dernier s’est attelée à évaluer les caractéristiques physiques et chimiques de 7 sites localisés dans la région de Nuuk, la capitale du Groenland. Ceci afin de mieux comprendre leur sensibilité à l’évolution climatique en cours. Et aussi, d’évaluer quels types d’archives sont susceptibles d’être les plus touchés.

« Nos résultats montrent que 30 % à 70 % de la fraction archéologique de carbone organique pourraient disparaître d’ici 80 ans », relate Jorgen Hollesen, auteur principal du papier. Des chiffres marquants qui méritent d’être considérés.

tendance
Pourcentage de pertes de carbone organique entre 2017 et 2100 à 5 sites clés. En bleu pour un réchauffement modéré, et en rouge pour un réchauffement marqué. Crédits : J. Hollesen & al. 2019.

Les travaux des scientifiques indiquent aussi que la tendance s’exprime déjà clairement dans la zone d’étude.

« Sur certains sites, nous n’avons trouvé aucun os ou morceau de bois intacts, ce qui suggère que ceux-ci se sont désintégrés au cours des dernières décennies », poursuit l’auteur principal.

En conclusion, les résultats obtenus par les chercheurs font office d’étape préliminaire à une meilleure compréhension du processus de dégradation sur les sites archéologiques. À terme, des modélisations couplant le cycle du carbone et le climat pourront permettre de mieux appréhender ce risque. Et donc de prendre les mesures de sauvegarde nécessaires pour limiter les pertes – comme des projets d’excavation ou de hiérarchisation des différents sites par exemple.

Source

Articles liés :

Le Groenland pourrait être libre de glace en l’an 3000

Des sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO menacés par le recul des glaciers

Royaume-Uni : la sécheresse fait émerger des vestiges archéologiques encore inconnus !