in

Le réchauffement climatique pourrait réduire la vie marine de 17%

Crédits : Pixabay

De nouvelles recherches suggèrent qu’au rythme actuel, le réchauffement climatique pourrait réduire la biomasse marine de 17 % d’ici 2100. Les plus gros animaux seront les plus touchés.

Nous savons que le réchauffement climatique a un impact sur les systèmes terrestres. Mais les océans – qui recouvrent 70 % de la surface du globe – sont également touchés. Et peut-être plus durement. Réchauffement des eaux, acidification, manque d’oxygène (zones mortes), les conséquences de ce dérèglement du climat sur les océans, et sur la vie qu’ils abritent, sont nombreuses, et potentiellement très dangereuses. Mais à quel point ? Une équipe de chercheurs s’est récemment penchée sur la question. Les détails de l’étude sont publiés dans les Actes de l’Académie nationale des sciences.

Un sixième de la vie marine pourrait disparaître

Pour ces travaux, les chercheurs ont effectué plusieurs simulations informatiques très complètes. Autrement dit, ils ont pris en compte l’ensemble des facteurs actuellement connus. En se projetant dans le futur, ils ont alors découvert que si rien n’est entrepris pour atténuer le réchauffement climatique, la biomasse totale des animaux marins pourrait chuter de 5 % à chaque degré Celsius supplémentaire. Au final, d’ici 2100, environ un sixième de la vie marine pourrait disparaître des océans.

« Nous assisterons à une diminution importante de la biomasse des océans si le monde ne ralentit pas le changement climatique, explique William Cheung, écologiste marin à l’Université de la Colombie-Britannique (Canada), et principal auteur de l’étude. Des changements ont déjà été observés ».

Les projections suggèrent par ailleurs que ce sont les plus gros animaux qui seront normalement les plus touchés. Comme les poissons, les mammifères ou les coraux. Le plancton et les bactéries seront aussi concernés, mais dans une moindre mesure. Ce sont également les régions tropicales qui enregistreront les pertes les plus importantes.

réchauffement climatique
Les océans du monde pourraient perdre 17 % de la biomasse marine d’ici 2100. Crédits : Pixabay

L’Homme dépend de la bonne santé des océans

Notons que ces résultats, qui impliquent ici la vie marine, auront également des conséquences pour l’être humain. « Ces pertes prévues sont énormes, non seulement pour la biodiversité des océans, mais aussi parce que les gens du monde entier dépendent des ressources océaniques, explique en effet Julia Baum, professeure de biologie à l’Université de Victoria (Canada). Les changements climatiques peuvent potentiellement causer de nouveaux conflits graves concernant l’utilisation des ressources océaniques et la sécurité alimentaire mondiale. En particulier à cause de la croissance démographique humaine qui aura lieu au cours de ce siècle ».

Au regard de cette étude, les chercheurs appellent à une action rapide et efficace des dirigeants de ce monde, rappelant que « des océans en bonne santé sont nécessaires à la stabilité de la planète ».

Source

Articles liés :

Le réchauffement climatique pourrait rendre la Sibérie plus « agréable » en 2080

Réchauffement climatique : faut-il repeindre les toits en blanc ?

Ces 100 personnes sont-elles responsables du réchauffement climatique ?