in

Le réchauffement climatique actuel a brutalement mis fin à 6 500 ans de lent refroidissement

Crédits : Victor O. Leshyk, Northern Arizona University.

De nouveaux travaux publiés dans la revue Scientific Data le 30 juin dernier permettent de replacer le réchauffement climatique en cours dans le contexte des 12 000 dernières années. Et ce avec une précision sans précédent. En particulier, les résultats montrent comment celui-ci met brutalement fin à 6 500 ans de lent refroidissement.

L’intervalle étudié par les chercheurs issus de la Northern Arizona University (États-Unis) englobe tout l’Holocène – l’interglaciaire qui termine la dernière période glaciaire il y a un peu plus de 10 000 ans. Il s’agit d’un repère chronologique signifiant puisque c’est au cours de cette ère géologique que nos civilisations se sont développées.

Un lent refroidissement démarré il y a 6 500 ans

Après la sortie de la période glaciaire, la température globale a continué de s’élever jusqu’à atteindre son maximum il y a 6 500 ans. À ce moment, elle était environ 0,7 °C supérieure à celle de la période préindustrielle. On parle souvent d’optimum climatique de l’Holocène pour décrire ce pic chaud. Puis, c’est un lent refroidissement qui s’est mis en place. Lequel a culminé lors du petit âge de glace entre les 16e et 18e siècles. Notons que la lente baisse des températures – de l’ordre de 0,1 °C par millénaire – est le fait de paramètres astronomiques. En effet, ces derniers ont imposé une légère diminution de l’ensoleillement estival dans l’hémisphère nord.

« Des travaux antérieurs ont montré de façon convaincante que le monde s’est naturellement et lentement refroidi pendant au moins 1 000 ans avant le milieu du 19e siècle. Cette étude (…) montre avec plus de confiance que le refroidissement global à l’échelle millénaire a commencé il y a environ 6 500 ans » détaille Darrell Kaufman, auteur principal du papier. Les nouvelles reconstructions ont pu être obtenues grâce à des traitements statistiques novateurs de plus de mille séries paléoclimatiques (cernes d’arbres, sédiments marins, pollens, etc.) et couvrant plusieurs centaines de sites sur le globe.

température réchauffement climatique
Température moyenne de surface au cours des 12 000 dernières années. Les différentes couleurs de courbes correspondent à différentes méthodes de reconstruction. Les marges grisées indiquent l’incertitude. La courbe noire montre les températures entre 1900 et 2010. Notez comment le réchauffement climatique actuel termine brutalement le lent refroidissement démarré il y a 6 500 ans. Crédits : Darrell Kaufman & al. 2020.

Une tendance renversée par le réchauffement climatique contemporain

Depuis la période industrielle, sous l’effet des activités humaines, la température a grimpé de près de 1 °C. Ainsi, il est probable que le climat soit désormais plus chaud qu’à n’importe quel autre moment de l’Holocène. Cependant, les marges d’incertitudes et la résolution de la reconstruction ne permettent pas de conclure. Il est toutefois possible de dire qu’il n’avait plus fait aussi chaud sur Terre depuis au moins 4 000 ans.

Enfin, outre le niveau thermique, c’est surtout la vitesse des changements qui présente une menace. Or, durant toute la période de l’Holocène qui précède le 20e siècle, le climat a montré une étonnante stabilité. Des changements se sont bien sûr produits – le Sahara vert, l’optimum climatique de l’Holocène, le petit âge de glace, etc. -, mais ils se sont surtout articulé régionalement. Au niveau global, les variables climatiques ont relativement peu évolué, ce qui a permis à notre espèce de se sédentariser et à nos civilisations de se développer.

Un contexte favorable brutalement renversé par le réchauffement anthropique en cours. Aussi, à moins que les émissions de gaz à effet de serre ne soient drastiquement réduites, l’évolution actuelle est amenée à se poursuivre dans le futur. La sortie de route par rapport aux 12 000 dernières années deviendra alors univoque. Le cas échéant, il faudra a minima remonter plus de 125 000 ans en arrière pour trouver des températures analogues.

Source