in

Le premier avion commercial électrique au monde a décollé du Canada

Crédits : Harbour Air

Le premier avion commercial entièrement électrique au monde a effectué un premier vol d’essai ce mardi au-dessus de Vancouver, au Canada.

Avec plus de 13 gigatonnes de CO2 émis en 2016 dans le monde, le secteur du transport est le deuxième contributeur de gaz à effet de serre dans le monde. Les camions, bus et autres voitures sont responsables des trois quarts de ces émissions. Viennent ensuite les avions. Globalement, on estime que le transport aérien est responsable d’environ 3 % des émissions de CO2 dans le monde.

Dans notre lutte contre le réchauffement climatique, de nombreux efforts doivent se concentrer sur les modes de transport terrestre. On pense notamment au développement des moteurs électriques ou à hydrogène, jugés moins polluants. Mais le secteur de l’aviation ne doit pas être oublié. Et il y a tout à faire. L’exemple pourrait alors nous venir du Canada.

« Le début de l’ère de l’aviation électrique »

Depuis quelques années la société d’ingénierie magniX, basée à Seattle (États-Unis), développe des moteurs électriques pour avions. Elle a récemment signé un partenariat avec la compagnie Harbour Air, qui transporte plus de 500 000 passagers par an entre Vancouver, la station de ski de Whistler et les îles et communautés côtières voisines.

Ensemble, ces deux sociétés ont équipé un hydravion Beaver DHC-2, capable de transporter jusqu’à six passagers. Ce mardi (10 décembre), la machine a effectué son premier vol d’essai devant un parterre de journalistes. Celui-ci n’aura duré qu’une quinzaine de minutes, le temps de faire une courte boucle le long du fleuve Fraser près de l’aéroport international de Vancouver. Et tout s’est très bien déroulé.

« C’est le début de l’ère de l’aviation électrique », s’est félicité Roei Ganzarski, président de la société magniX.

Greg McDougall, fondateur et directeur général de Harbour Air, qui a piloté l’avion, ambitionne maintenant d’équiper toute sa flotte (40 hydravions). Notons que les batteries de cet avion ne permettent une autonomie que de 160 kilomètres. Néanmoins, c’est amplement suffisant pour couvrir une grande partie des vols court-courriers gérés par la compagnie.

En plus de faire un geste pour la planète, il souligne également que la compagnie devrait économiser des millions en coûts de maintenance, car « les moteurs électriques nécessitent considérablement moins d’entretien », a-t-il expliqué. Il espère également que ce vol inaugural puisse inspirer d’autres compagnies.

La société magniX, de son côté, ambitionne maintenant de perfectionner son moteur et d’en développer d’autres permettant des vols plus longs. Ce n’est qu’un début, mais comme le souligne Ganzarski, c’est « suffisant pour lancer la révolution ».

Source

Articles liés :

Consommer à bord d’un avion, une source de déchets incroyable

Ils promettent un vol Paris-New York en 90 minutes avec cet avion supersonique

Selon Elon Musk, un avion 100 % électrique commercial arrivera dans environ 5 ans