in

Le Portugal et l’Espagne sont en ligne de mire de l’ex-ouragan Leslie !

Crédits : fvalk.com.

La nuit de samedi à dimanche sera marquée par l’arrivée de l’ex-ouragan Leslie sur l’ouest et le sud-ouest de la péninsule ibérique – ex à peu de chose près, car le phénomène commencera seulement à adopter une structure subtropicale ce samedi après-midi, à proximité des côtes européennes ! On parlera alors de tempête post-tropicale. Le point d’impact se situera à l’ouest du Portugal, proche de Lisbonne où des rafales pouvant dépasser les 150 km/h sont attendues avec un risque de submersions marines très élevé.

Pour plusieurs raisons, l’ouragan Leslie est un phénomène assez atypique. Premièrement, ce cyclone a une origine extratropicale, c’est-à-dire que sa formation résulte du détachement d’une dépression classique du flux d’ouest des moyennes latitudes. Celle-ci s’étant isolée au-dessus des eaux chaudes de l’Atlantique subtropicale, elle a progressivement acquis des caractéristiques tropicales. La phase initiale a toutefois été plus complexe dans la réalité, mais l’idée principale est bien celle-ci. Une fois formée, Leslie s’est ensuite déplacée selon une trajectoire erratique pendant une dizaine de jours avant de finalement se décider à remonter vers l’Europe de l’ouest. L’animation ci-dessous qui retrace son suivi par le NHC (le centre national des ouragans) depuis la dernière décade de septembre est assez parlante. L’ouragan qui est resté cantonné au bas de l’échelle de Saffir-Simpson semble réellement vagabonder.

Crédits : NHC/NOAA.

Au moment de la rédaction de cet article, Leslie est classée en tant qu’ouragan de catégorie 1 avec un vent moyenné sur 1 minute de 120 km/h – mais avec des rafales pouvant atteindre 150 à 160 km/h – et une pression centrale estimée à 980 hectopascals. Elle se dirige vers le nord-est à une vitesse avoisinant les 60 km/h. Encore au large, l’ouragan possède toujours ses caractéristiques tropicales ce qui est peu commun, même exceptionnel à cette latitude dans l’Atlantique de l’est aussi près des côtes Européennes. Son comportement rappelle celui de Vince en octobre 2005, un phénomène tropical ayant touché terre à Huelva dans l’extrême sud-ouest de l’Espagne.

En ce qui concerne la prévision de la trajectoire du cyclone, elle était encore sujette à d’importantes incertitudes ces dernières 48 heures – le scénario de rebroussement vers l’ouest était alors celui retenu par le NHC. Elle s’est toutefois nettement précisée ces dernières 24 heures. L’hypothèse d’une trajectoire s’incurvant vers l’ouest a été définitivement exclue et ce sera donc l’ouest et le sud-ouest de la péninsule ibérique – le Portugal étant aux premières loges – qui verra arriver la perturbation d’ici la nuit prochaine. En pénétrant dans les terres, le phénomène ne sera plus à proprement parler de type tropical, mais de type subtropical – car interagissant de plus en plus avec la circulation des moyennes latitudes. Il débutera sa transition dite extratropicale ce samedi en cours d’après-midi mais se dissipera sur la péninsule dimanche avant de l’avoir complètement terminée.

En se phasant temporairement avec un front froid au cours de cette transition, les vents devraient subir une phase de renforcement avant que Leslie n’atteigne les côtes, le point d’impact étant situé près de Lisbonne, dans la nuit de samedi à dimanche. On attend des rafales pouvant atteindre les 150 à localement 180 km/h près du cœur du phénomène – un risque cantonné à une zone finalement assez restreinte. Plus généralement, des valeurs de 100 à 130 km/h seront atteintes. Compte tenu des vents, le phénomène sera accompagné d’une mer très agitée, avec des vagues pouvant approcher les 10 mètres. Les dangers liés à l’ex-Leslie seront donc essentiellement associés au vent et aux submersions marines, même si des précipitations ponctuellement marquées sont attendues à son passage – en particulier sur les reliefs.

Rafales maximales entre ce samedi 13 octobre à 6:00 UTC et dimanche à 12:00 UTC prévues par le modèle allemand ICON. Celui-ci voit des rafales dépassant les 200 km/h près des côtes mais est a priori trop extrême. Les valeurs attendues les plus élevées devraient plutôt être de l’ordre de 180 km/h, ce qui resterait bien entendu très violent. Crédits : WXCHARTS.EU.

Le centre météorologique portugais a d’ors et déjà émis une alerte rouge vent et submersion sur une large partie ouest du pays (voir ci-dessous). La dépression poursuivra ensuite sa route vers le nord-est en cours de nuit et de matinée, abordant l’ouest de l’Espagne avec des vents et des précipitations en rapide atténuation, et se sera dissipée sur le plateau Ibérique d’ici dimanche soir. Fin d’un long chemin pour notre “amie”.

Crédits : meteoalarm.eu.

Articles liés :

Des radeaux de fourmis de feu observés après le passage de l’ouragan Florence

Les raisons pour lesquelles les cyclones tropicaux développent un œil sont encore assez énigmatiques

Un rapport sans précédent révèle l’effet amplificateur du réchauffement climatique sur l’ouragan Florence