in

Le plus gros iceberg du monde a définitivement quitté l’Antarctique !

Crédits : Université de Swansea

L’iceberg A68 s’est détaché du continent Antarctique il y a presque trois ans. Celui-ci est désormais en passe de quitter définitivement la zone des glaces pérennes. À la dérive, le plus gros iceberg du monde devrait finir par se disloquer.

Un monstre à la dérive

En juillet 2017, nous évoquions un iceberg d’une longueur de 200 kilomètres pour 350 mètres de hauteur se détachant de l’Antarctique. Par la suite baptisé A68, celui-ci couvre une surface de 5 800 km², soit plus de 50 fois la ville de Paris ! Les chercheurs du projet Midas étudiant le phénomène avaient précisé que le plus gros iceberg du monde n’allait pas être à l’origine d’une hausse du niveau des océans. Et pour cause, celui-ci flottait déjà sur l’eau au moment de se détacher.

Néanmoins, l’Agence Spatiale européenne (ESA) avait expliqué que l’iceberg A68 pourrait être un danger pour le trafic maritime. En effet, ce dernier devrait se fragmenter en petits morceaux, dont certains remonteront vers des eaux plus chaudes. Toutefois, hypothèse que l’iceberg dérive en un seul et même bloc avait également été émise.

L’iceberg va bien se disloquer

Selon un article du Daily Mail publié le 7 février 2020, l’iceberg A68 s’apprête à quitter définitivement la zone des glaces pérennes, à 63 degrés de latitude sud. Celui-ci prendra bientôt le même chemin que les autres icebergs de l’Antarctique à la dérive. Autrement dit, le monstre se dirigera dans un couloir au large de l’île de Géorgie du Sud, poussé par le courant circumpolaire antarctique.

iceberg A68 ocean
Crédits : Université de Swansea

Dans un communiqué, Adrian Luckman, glaciologue et professeur de géologie de l’Université de Swansea (Royaume-Uni) a expliqué que l’iceberg devrait bien se disloquer, et ce assez rapidement. Selon l’expert, il est question d’un « ratio épaisseur/longueur équivalent à cinq fois la longueur d’une feuille de papier A4 ». L’intéressé a également déclaré être étonné que le mastodonte soit encore un seul et même bloc à l’heure actuelle.

Par ailleurs, les chercheurs surveillent d’autres icebergs en passe de se détacher de la calotte glaciaire. Situé sur le glacier de Pine Island, le premier mesurera 300 kilomètres de longueur au moment de se détacher. Quant au second, situé cette fois sur la barrière de Brunt, celui-ci est bien plus imposant avec sa surface de 1 500 km², soit deux fois New York.

Source

Articles liés :

Un iceberg géant de 1 636 kilomètres carrés s’est détaché en Antarctique

Réchauffement climatique : des éléphants de mer aident la NASA dans ses recherches en Antarctique

Une nouvelle théorie tente d’expliquer le mystère des icebergs verts de l’Antarctique