in

Le plus grand cimetière de lémuriens au monde est sous l’eau

Crédits : Capture vidéo

Sur le sol de Madagascar vit depuis plusieurs milliers d’années une importante population de lémuriens. Une centaine d’espèces de ces primates a été découverte, parmi elles, le plus petit primate du monde : Microcebus berthae. Aujourd’hui, les lémuriens de Madagascar sont gravement menacés d’extinction, on estime à tout au plus une vingtaine d’années avant qu’ils ne disparaissent complètement. Les chercheurs ont fait une trouvaille qui pourrait permettre d’en savoir plus sur des espèces de lémuriens éteintes 1000 années plus tôt : un cimetière sous-marin abritant des fossiles en parfait état de conservation.

La plus grande collection de fossiles du monde

C’est dans le parc national de Tsimanampesotse que la découverte fut mise au jour par une équipe de chercheurs, dont les opérations sont financées par la National Science Foundation et National Geographic. Leurs investigations dans des grottes sous-marines du sud-ouest de l’île, jamais explorées jusqu’à ce jour, ont révélé la plus grande collection de fossiles de lémuriens du monde. Une découverte remarquable en raison du nombre important de fossiles qui s’y trouvent parfaitement conservés : « Il y a vraiment un très grand nombre de fossiles au même endroit. Ils sont très complets, ce qui est inhabituel en paléontologie, car souvent vous découvrez des os cassés ou des parties de corps séparées les unes des autres. Ici, tout est ensemble, en bon état », précise Alfred Rosenberg, anthropologue au Brooklyn College, pour le magazine Sciences et Avenir.

Des espèces méconnues

L’exploration des grottes sous-marines va révéler un important échantillon de la faune qui vivait à Madagascar il y a plus de 1000 ans. Les chercheurs ont déjà mis au jour des fossiles de Megaladapis, une espèce de lémurien géant disparu il y a environ 500 ans, et de fossa géant, une espèce carnivore proche de la mangouste. Les chercheurs espèrent faire de nouvelles découvertes dans les grottes sous-marines du parc national de Tsimanampesotse. L’objectif premier étant de mieux comprendre les raisons de la disparition de ces espèces de lémuriens.

Une extinction proche

Aujourd’hui on estime que 94% des espèces de lémuriens risquent de disparaître complètement, car il reste moins de 10% de la forêt originelle comme habitat. La destruction des forêts à Madagascar est alarmante, un lien est établi entre l’aide au développement pour les habitants de l’île et la protection de la nature afin de faire cesser le braconnage et la déforestation.