in

Le plus ancien repas cuisiné connu est l’œuvre de Neandertal

neandertal néandertaliens
Famille de Néandertal. Crédits : Field Museum.

Les recherches sur le régime alimentaire des chasseurs-cueilleurs paléolithiques se sont longtemps concentrées sur la consommation d’animaux, mais de plus en plus de preuves rapportent également l’utilisation d’aliments végétaux. Dans le cadre d’une étude, des chercheurs présentent une analyse de restes de nourriture brûlés (les plus anciens jamais trouvés). L’examen microscopique de ces restes cuisinés par Neandertal révèle l’utilisation de légumineuses pilées comme ingrédient courant dans les aliments végétaux cuits de l’époque.

Des légumineuses au menu

La grotte de Shanida, à environ 800 km au nord de Bagdad, dans les montagnes de Zagros, est un célèbre site néandertalien. Les ossements de neuf individus y ont en effet été découverts dans les années 1950 et 1960. C’est également dans cette grotte que vous retrouverez la « tombe aux fleurs » qui laisse penser que nos anciens cousins inhumaient intentionnellement leurs morts.

Plus récemment, des chercheurs y ont isolé des restes de nourriture. Découverts dans l’un des nombreux anciens foyers des grottes, ils auraient été cuisinés il y a environ 70 000 ans.

Dans le cadre de ces nouveaux travaux publiés dans Antiquity, Chris Hunt et son équipe de l’Université John Moores de Liverpool ont analysé les restes au moyen d’un microscope électronique à balayage. Ces examens ont révélé pour la première fois des preuves du trempage et du pilonnage des graines de légumineuses par nos anciens cousins. « Nos découvertes sont la première véritable indication d’une cuisine complexe – et donc d’une culture alimentaire – chez Neandertal« , notent les auteurs.

Étant donné que les Néandertaliens n’avaient pas de pots, du moins pas à notre connaissance, les chercheurs suggèrent qu’ils trempaient leurs graines dans les plis de peaux animales. Il est également apparu que Neandertal ne semblait pas décortiquer les graines pour enlever la couche extérieure de manière à supprimer le goût amer. Cela pourrait suggérer que nos cousins ne voulaient pas éliminer les saveurs naturelles des légumineuses.

Un plat au goût noisette

En supposant qu’ils aient pilé toutes ces graines avec des roches locales, le produit final aurait également pu également être quelque peu granuleux. Les auteurs ont même tenté de recréer l’une des recettes en utilisant des graines récoltées à proximité des grottes. Le plat aurait visiblement ressemblé à une sorte de petite crêpe, ou un pain plat, au goût noisette « très agréable au goût », mais assez difficile à mastiquer. « Après avoir goûté cette recette recréée, je pense que nous pouvons comprendre pourquoi les Néandertaliens avaient des dents dans un état aussi dégradé« , poursuit Chris Hunt.

neandertal
Une image au microscope des restes calcinés d’aliments riches en légumineuses des grottes de Shanidar. Photographie : Ceren Kabukcu/Université de Liverpool

Les chercheurs ont également profité de l’occasion pour examiner d’autres fragments de nourriture carbonisés récupérés dans la grotte de Franchthi, dans le sud de la Grèce. Le site était occupé par les premiers humains modernes il y a environ 12 000 ans.

Pris ensemble, ces résultats suggèrent que les régimes alimentaires paléolithiques étaient plus variés et complexes qu’on ne le pensait, impliquant plusieurs étapes de préparation des aliments. En plus de la viande, les graines et autres herbes sauvages étaient souvent combinées avec des légumineuses, comme les lentilles et la moutarde sauvage.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.