in

Le noyau de Jupiter se dissout deux fois plus vite que prévu

Crédits : TBIT / Pixabay

Le cœur de Jupiter serait en train de se dissoudre deux fois plus vite que ce qui avait été précédemment estimé, selon les calculs d’un astrophysicien australien

La planète Jupiter est très massive (318 fois la masse de la Terre), avec un intérieur essentiellement composé d’hydrogène et d’hélium, les deux constituants majeurs de l’Univers.

Concernant son noyau, les récentes simulations par ordinateurs réalisées par Burkhard Militzer, astronome à l’université de Berkeley, ont révélé un noyau rocheux ressemblant à celui de la Terre, mais de 14 à 18 fois plus massif. Comme dans notre planète, au centre de ce cœur doit se trouver une zone métallique composée d’un alliage de nickel et de fer. Au moins deux fois plus massif que ce que l’on pensait jusqu’à présent, ce noyau serait entouré d’une couche de glace rassemblant l’essentiel de la glace présent dans l’atmosphère de Jupiter.

Mais nous savons aussi depuis quelques années que les atomes qui forment le noyau de Jupiter, constitué de roche et de glace, s’échappent peu à peu de ce noyau pour venir se mélanger avec l’hydrogène et l’hélium, qui constituent le restant de la planète. Or, de nouveaux travaux menés par l’astrophysicien australien Hugh Wilson, révèlent que ce processus serait en réalité deux fois plus rapide que ce qui avait été estimé par les modèles précédents. Il faudra cependant attendre l’arrivée de la sonde Juno en 2016, qui sera à même de fournir aux scientifiques des éléments complémentaires concernant le processus de dissolution du noyau de Jupiter.

Il n’en reste pas moins qu’il s’agit de considérations importantes pour qui veut comprendre à quoi ressemblaient ces géantes au cours de leur formation. Jupiter et Saturne étant les seules géantes gazeuses à portée de main, comprendre leur structure et la façon dont elles se sont formées est donc important, non seulement pour retracer l’origine et la formation du Système solaire, mais aussi pour comprendre les exoplanètes récemment découvertes, et les futures à découvrir.

Source : Sciencedirect