in ,

Le moustique tigre pond des œufs résistants aux climats plus frais !

Crédits : Public Domain Files

Connu pour véhiculer plusieurs maladies, mais également sa capacité à conquérir toujours plus de territoires, le moustique tigre fait encore parler de lui. En effet, ce dernier est capable de pondre des œufs résistants à des températures plus basses.

L’inexorable colonisation du Nord

Vecteur de maladies telles que la dengue, le chikungunya ou encore le virus Zika, le redoutable moustique tigre (Aedes albopictus) progresse chaque année. Il y a quelques mois, nous évoquions sa présence sur Paris et une grosse moitié du territoire français. Il s’agit d’une progression rapide, commune en Europe et notamment favorisée par le réchauffement climatique.

Le moustique tigre repousse sans cesse la limite nord de son aire de répartition. Mis à part l’aide fournie par le réchauffement climatique, ce moustique utilise une technique bien à lui afin de repousser cette limite. Selon des chercheurs de l’Université de Washington à Saint-Louis (États-Unis), il serait question d’œufs «à développement retardé».

Aire de répartition du moustique tigre en Europe (janvier 2019)
Crédits : European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC)

Une forte capacité d’adaptation

L’étude parue dans le Journal of Applied Ecology le 20 août 2019 explique cette notion de développement retardé. Selon les scientifiques, il s’agit d’embryons fécondés placés en état de quasi-hibernation et dont le métabolisme se trouve fortement ralenti. Le terme de “diapause” a également été mentionné, c’est-à-dire un arrêt temporaire du développement des œufs (ou des larves).

Cette technique semble donc très bien maîtrisée par le moustique tigre, montrant encore une fois son incroyable capacité à s’adapter. Par ailleurs, les chercheurs ont souligné le fait que les moustiques situés au nord pondaient davantage d’œufs que ceux restés dans les régions plus chaudes.

Un peu d’espoir ?

L’étude portant sur la résistance des œufs de moustique tigre pourrait bien impacter les efforts actuellement déployés pour limiter sa prolifération. En revanche, certaines recherches suscitent l’espoir. C’est par exemple le cas d’une étude récente ayant déployé une nouvelle stratégie durant quelques mois, sur deux îles proches de Canton (Chine) particulièrement impactées par les moustiques Aedes aegypti – cousins des Aedes albopictus. Les meneurs de l’étude ont observé une baisse de 94 % du nombre d’œufs de moustiques grâce à leur stratégie !

Les chercheurs se sont attaqués à la fois aux femelles et aux mâles. Les premières ont été irradiées afin de les rendre stériles, et les seconds ont été contaminés au moyen d’une bactérie du genre Wolbachia. Cette dernière, lors de l’infection, se retrouve en proportion importante dans l’appareil reproducteur et a pour effet d’empêcher les mâles de se reproduire avec les femelles encore fécondes !

Articles liés :

Il y a un ingrédient que le moustique tigre aime autant que le sang !

Comment se protéger contre le moustique-tigre ?

Ras-le-bol des piqûres ? Voici l’aspirateur à moustiques écolo made in France !