in ,

Le monde connaît une grave pénurie de sang

Crédits : iStock

Une récente étude suggère que 119 pays sur 195 ne disposent pas de suffisamment d’unités de sang pour répondre aux besoins de leurs blessés.

Dans notre organisme, le sang permet de soutenir plusieurs fonctions vitales. C’est lui qui assure le transport d’oxygène, de nutriments, de déchets cellulaires (CO2, déchets azotés) et d’hormones vers nos différents organes. Il maintient également notre température corporelle, nos niveaux de pH ou encore l’équilibre des ions dans notre système circulatoire. Sans oublier ses effets protecteurs contre les hémorragies et les infections.

Il y a longtemps, on considérait que le sang devait être éliminé en cas de traumatisme. Le concept d’en injecter à des fins curatives est au final assez récent. Les premières vraies démarches se sont manifestées au 19e siècle. Depuis, des progrès ont été faits, et aujourd’hui, les transfusions sanguines sauvent des millions de vies chaque année. Mais nous manquons de sang.

sang
Crédits : Pixabay

Trop de demandes, pas assez d’offres

Des chercheurs de l’Université de Washington ont en effet récemment analysé l’offre et la demande mondiale de sang. Leur étude, publiée dans la revue The Lancet, nous révèle que 119 pays sur 195 ne disposent pas de suffisamment d’unités pour répondre aux besoins.

« D’autres études ont été consacrées à la sécurité du sang, telles que le risque de transmission d’infections telles que le VIH, explique Christina Fitzmaurice, principale auteure de l’étude. Mais la nôtre est la première à identifier les pénuries les plus critiques. Les gouvernements vont devoir accomplir l’essentiel du travail pour augmenter les dons, élargir les services de transfusion et développer des alternatives ».

Pour arriver à ces résultats, les chercheurs ont estimé le nombre d’unités de sang nécessaires pour une vingtaine d’affections médicales. Ils ont ensuite utilisé les données de l’étude mondiale 2017 sur la charge de morbidité pour déterminer la prévalence de la maladie dans chacun 195 pays. Ils ont alors évalué la quantité de sang nécessaire pour traiter chaque patient nécessitant une transfusion sanguine, et comparé ces données avec les quantités d’unités réellement disponibles.

Certains pays plus touchés que d’autres

Résultat : les chercheurs estiment qu’en 2017, environ 272 millions d’unités de sang étaient disponibles dans le monde. Alors que les besoins dépassaient les 300 millions d’unités. Mais lorsque les auteurs n’ont considéré que les 119 pays où les besoins dépassaient l’offre, ils ont isolé une pénurie de plus de 100 millions d’unités.

La grande majorité de ces pays se trouvent en Afrique centrale, orientale et subsaharienne. En Asie du Sud, également. À titre d’exemple, le Sud Soudan ne disposerait que de 46 unités pour 100 000 habitants. Quand, en Inde, la demande semble dépasser l’offre de plus de 400 %. Et ça ne va faire que s’empirer.

« À mesure que de plus en plus de personnes auront accès aux soins dans les pays à revenu faible et intermédiaire, la demande de transfusions sanguines augmentera encore, note Meghan Delaney, co-auteure de l’étude. Sans soutien financier, structurel et réglementaire, ce fossé entre l’offre et la demande mondiale de sang continuera de se creuser ».

Source

Articles liés :

Il y a un ingrédient que le moustique tigre aime autant que le sang

Du sang liquide extrait d’un poulain vieux de 42 000 ans

Ce test sanguin prédit votre probabilité de mourir dans les 5 à 10 ans