in

Le Groenland pourrait être libre de glace en l’an 3000

Crédits : Pixabay

Une récente étude satellite suggère que si nous ne réduisons pas nos émissions de gaz à effet de serre, le Groenland pourrait avoir complètement fondu en l’an 3000. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Science Advances.

Il y a des signes qui ne trompent pas. Comme cette image de chiens de traîneau pataugeant dans l’eau sur la banquise du Groenland. La région n’est en effet pas épargnée par le réchauffement de la planète. Ça, nous le savions déjà, mais nous pourrions avoir sous-estimé l’importance de la situation. Si des estimations précédentes ont effectivement déjà prévu que la perte de glace au Groenland contribuerait à une élévation du niveau de la mer de maximum 88 centimètres, cette nouvelle étude, elle, place la barre encore plus haut.

Le Groenland pourrait être libre de glace dans 1 000 ans

Pour ces travaux, une équipe de chercheurs s’est récemment appuyée sur les données aériennes de l’opération IceBridge, de la NASA. Ils ont effectué des projections jusqu’en l’an 3000, analysant la réponse de la glace du Groenland selon trois scénarios. L’un est pessimiste, le second est modéré, et le dernier est « optimiste ». Chaque modèle dépendait en réalité de la quantité d’émissions de gaz à effet de serre générée au cours des prochaines décennies.

Si l’on se base sur le premier scénario, selon lequel rien n’est fait pour atténuer nos émissions carbone, l’ensemble de la calotte glaciaire du Groenland pourrait fondre dans 1 000 ans. Si tel est effectivement le cas, cela entraînerait alors une élévation du niveau de la mer de 5 à 7 mètres.

Dans le scénario où les émissions sont stabilisées à la fin du siècle, les pertes de glace concerneraient de 26 à 57 % de la masse totale de glace. Pour le dernier scénario, dans le cas où nos émissions carbone commencent à diminuer à la fin du siècle, nous pourrions limiter la perte de glace de 8 à 25 % de la masse totale. Selon l’étude, ce scénario produirait une élévation du niveau de la mer pouvant aller jusqu’à 1,6 mètre. Ce qui, en soi, est déjà dramatique.

groenland
La réponse du Groenland face aux trois scénarios, ici jusqu’en 2300. De gauche à droite : émissions faibles, moyennes et élevées. Crédits : NASA/Cindy Starr

Réagir tout de suite

Les chercheurs notent par ailleurs qu’à son point le plus épais, la calotte glaciaire du Groenland s’élève actuellement assez haut dans l’atmosphère pour compenser la perte de glace avec des chutes de neige. Mais ce n’est que temporaire. À mesure que la glace de surface continuera de fondre, la couche ne sera en effet plus assez épaisse pour le permettre. La glace ne sera donc plus renouvelée.

« Si nous continuons comme ça, le Groenland va fondre, résume Andy Aschwanden, de l’Institut de géophysique de l’Université de l’Alaska. Nos actions, aujourd’hui, pour réduire nos émissions, auront un impact à long terme sur la calotte glaciaire du Groenland. Et, par extension, si elle fond, sur le niveau de la mer et la société humaine ».

Source

Articles liés :

L’élévation du niveau de la mer pourrait coûter au monde 14 billions de dollars par an d’ici 2100

À la recherche de ces îles perdues, englouties par l’élévation du niveau des mers

Malgré sa prodigieuse altitude, le plateau tibétain se réchauffe